Enchères automobiles : le week-end du 27 et 28 mars sera marteau !

Publié le par

Enchères automobiles : le week-end du 27 et 28 mars sera marteau !

Fort du succès des quatre éditions précédentes, le Syndicat national des maisons de ventes volontaires (Symev) organise un nouveau week-end de promotion des ventes aux enchères. Baptisée « week-end au marteau », l’opération aura lieu les 27 et 28 mars prochains dans toute la France. Pendant deux jours, les hôtels de ventes participants ouvriront leurs portes au grand public, créeront des animations et expliqueront les opportunités de ce canal d’achat. Les adjudicateurs d’automobiles joueront le jeu ! Dans le réseau Five Auction qui regroupe six centres de ventes en France, les entités de Tours, Rouen, Sainte Geneviève des bois et Béthune seront ouverts.

Qui veut gagner des véhicules à 1 euro ?

A Rouen (76), par exemple, quelques 220 véhicules seront exposés le vendredi 26 avant une mise en vente le samedi 27 mars (à 9h30 les véhicules d’avant 2003, à 10h30 les utilitaires et à 14h les véhicules récents). Pour créer le buzz, Maître de Beaupuis, commissaire-priseur de l’établissement, a choisi de présenter certains véhicules au prix de départ de 1€. Une campagne Five Auction sera également lancée d’ici un mois sur des affiches 4x3. A Evreux, chez Alliance Enchères, Maître Thion mettra en vente près de 400 véhicules le samedi. Autre indépendant, Bretagne Enchères (sur la photo) exposera 400 véhicules pendant toute la durée de la manifestation et diffusera un film initiant le grand public à ce mode d’achat. La vente aura lieu le lundi 29 mars suivant à 10h pour le matériel de TP et à 11h45 pour les véhicules
Bretagne Enchères Auto. Les réseaux Kantium et BC Auction ainsi que d’autres opérateurs indépendants participent à ce week end pédagogique.

Près de 150 000 VO adjugés en 2009

« En 2009, 147 940 véhicules d’occasion ont été vendus aux enchères contre 138 350 en 2008 », explique le Symev. « Le marché progresse d’année en année, et pourtant beaucoup de personnes croient encore, à tort, qu’acheter sa voiture aux enchères est affaire d’inités », poursuit le syndicat qui met en avant le choix (parfois jusque 600 véhicules par vacation), le tarif (« souvent inférieur à 20 % à celui pratiqué dans un circuit classique »), la garantie (pour 350 euros/an) et la sécurité (la garantie du commisseur-priseur habilité).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos