Les concessionnaires européens partagés sur les nouveaux contrats

Publié le par

Les concessionnaires européens partagés sur les nouveaux contrats

SGS a réalisé une enquête auprès de plus de 1 300 concessionnaires couvrant dix-sept marques en Allemagne, en France, en Italie et au Royaume-Uni, les quatre principaux marchés européens. L’objectif consistait à connaître leur niveau de satisfaction vis-à-vis du renouvellement des contrats, des normes et des systèmes de primes dans le cadre des relations contractuelles avec les constructeurs automobiles.

Cette étude révèle qu’il existe d’importantes divergences dans la manière dont les concessionnaires évaluent les contrats selon qu’il s’agisse des constructeurs automobiles les moins performants ou les plus compétitifs. Réalisée entre les mois de mars et avril, cette étude illustre également les opinions et attentes communes en termes de primes et de rémunérations incitatives : elles sont encore jugées trop faibles par rapport aux besoins du marché et devraient augmenter davantage pour la quasi-totalité des marques.

Pour autant, les concessionnaires automobiles européens sont satisfaits des nouveaux contrats conclus avec les constructeurs automobiles. Seuls 2 % des concessionnaires expriment un certain mécontentement. Ce sont les concessionnaires des marques premium qui se disent les plus satisfaits. L’attitude manifestée à l’égard des contrats de service reflète celle relative aux accords globaux.

« Grâce à ces données, les constructeurs peuvent se faire une meilleure idée de leur compétitivité eu égard à la satisfaction des concessionnaires vis-à-vis des nouveaux contrats, normes et systèmes de primes, déclare Roland Gagel, Global Sector Manager Automotive – Systems & Services Certification, SGS, à l’origine de l’étude. Bien que SGS ne rendra pas publics les résultats propres aux marques, chaque constructeur automobile obtiendra un aperçu probant de sa position grâce aux données qui le concernent spécifiquement. »

S’agissant des exigences relatives à de futures améliorations, la plupart des concessionnaires interrogés ont indiqué qu’il fallait simplifier davantage l’administration des primes et des rémunérations incitatives. « Le niveau de satisfaction en la matière n’atteint que la moitié de celui concernant l’administration des garanties », conclut Roland Gagel en faisant référence à l’enquête de SGS menée en 2012 à l’échelle internationale sur la satisfaction des concessionnaires vis-à-vis de l’administration des polices et des garanties.

Pour rappel, le nouveau règlement d’exemption par catégorie (REC) adopté par l’Union européenne pour le segment automobile entrera en vigueur le 1er juin prochain. Presque tous les constructeurs ont saisi cette occasion pour revoir les contrats passés avec leurs concessionnaires franchisés et réparateurs agréés (RA). Si les modifications apportées dans nombre de contrats ne sont pas aussi importantes que prévu il y a plusieurs années, lors de l’annonce du REC, la question soulève une multitude de débats dans le public et parmi les concessionnaires. Tous se demandent quel sera l’impact du nouveau règlement sur les relations contractuelles entre les constructeurs/filiales nationales de distribution et entre les concessionnaires/RA.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos