Éric Champarnaud (C-Ways) : « Le marché automobile tient grâce à la demande hors ménage »

Publié le par

Entretien avec Eric Champarnaud associé chez C-Ways qui nous donne son analyse du marché automobile sur le premier trimestre 2017.

Éric Champarnaud (C-Ways) : « Le marché automobile tient grâce à la demande hors ménage »

Auto Infos : Quelle est votre analyse du marché automobile français sur le premier trimestre 2017 ?

Éric Champarnaud : Globalement, ma position reste identique depuis la mi-2016 où la demande des particuliers a commencé à ralentir et se stabiliser alors que nous avons une conjoncture macroéconomique bien meilleure que les années passées. Il y a un décalage entre la santé économique du pays et la demande des ménages. Comme c’est le cas depuis de nombreuses années, le marché tient grâce à la demande hors ménage. Et, cette année, plus encore grâce aux canaux tactiques avec 23 % de croissance des véhicules de démonstration garage et + 15 % pour la courte durée. L’ensemble représentant presque 30 % du marché. Ce marché des particuliers serait probablement en baisse sans le soutien de la LOA qui progresse encore de 28 % depuis le début de l’année. En revanche, les ventes longue durée sont en retrait depuis le début de l’année malgré la meilleure santé des entreprises. Ce gisement est peut-être transitoirement épuisé.

A. I. : La part de ventes tactiques transforme-t-elle la structure du marché ?

É. C. : En théorie, on pourrait effectivement imaginer qu’un marché piloté par l’offre finirait par refléter les capacités de production des marques et des plateformes. Les industriels écouleraient exactement les véhicules programmés par leur outil industriel. Mais les véhicules vendus «  tactiquement  » finissent par être confrontés à la vraie demande des clients. Si un décalage trop important s’installait, le bouclage économique ne fonctionnerait plus pour les marques et
les distributeurs.

A. I. : La digitalisation des réseaux est-elle en train de s’accélérer ?

É. C. : La réponse est positive. Cette digitalisation est même en pleine effervescence. Au niveau de la demande, j’en suis moins certain. Les parcours d’achat sont résolument digitaux. En revanche, le passage à l’acte d’un achat digital reste rare dans le neuf. Cette question est au cœur du programme de travail de C-Ways pour les prochains mois.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos