[Étude] Pourquoi les automobilistes ont-ils peur de sauter le pas en faveur de l’hybride ?

Publié le par

À la demande du constructeur Honda, Kantar (entreprise dédiée aux études de marché) a interrogé en novembre dernier un millier de conducteurs français sur leurs intentions d’achats de véhicules propulsés par une motorisation hybride. Finalement, malgré les campagnes de sensibilisation, les conclusions mettent en évidence plusieurs freins qui persistent dans le temps.

© Honda
© Honda

En effet, si 53 % des automobilistes français estiment que leur prochaine voiture sera probablement un modèle hybride, 69 % des conducteurs de véhicules essence et diesel ont le sentiment de ne pas en savoir assez pour franchir le pas. L’étude indique que cette méconnaissance est l’une des raisons qui expliquent pourquoi il faut en moyenne neuf mois aux Français pour acheter un véhicule hybride. Les conducteurs de véhicules essence et diesel ont tendance à privilégier ce qu’ils connaissent, 44 % estimant que l’achat d’un véhicule hybride serait un saut vers l’inconnu. « Même si l’on ressent le besoin naturel de tout évaluer avant de prendre une décision importante comme l’achat d’une voiture, ce besoin est difficile à satisfaire, et cela nous amène à renoncer et à privilégier une décision facile et rassurante. Ici, la décision rassurante est d’opter pour une autre voiture essence ou diesel, car nous en avons déjà acheté une », analyse le professeur Ivo Vlaev, spécialisé en sciences du comportement à la Warwick Business School. De plus, cette étude révèle également que les idées fausses concernant l’autonomie des hybrides continuent d’être à l’origine d’hésitations parmi les conducteurs de véhicules essence et diesel, avec 70 % partageant cette préoccupation. Heureusement, une fois le cap de l’achat franchi, cette préoccupation se dissipe : 40 % des propriétaires d’hybrides prêtant à peine attention à leur autonomie lorsqu’ils conduisent.

Au contraire, ceux qui parviennent à sauter le pas se révèlent être d’une nature plus curieuse et ont moins d’appréhension face à la nouveauté. Ainsi, l’étude révèle que les conducteurs de véhicules hybrides se considèrent comme des précurseurs à l’égard de la technologie. De fait, 35 % des sondés déclarent être plus enclins à essayer les nouvelles technologies avant leurs amis et leur famille, contre 19 % des conducteurs de véhicules à carburant d’origine fossile. « Cette étude nous aide à comprendre pourquoi certaines personnes convaincues des avantages d’un véhicule hybride franchissent le pas, alors que d’autres ne le font pas, poursuit le spécialiste. Certains d’entre nous sont généralement plus ouverts à la nouveauté que d’autres ou ont le sentiment que la voiture leur confère une identité et aiment tout simplement conduire. Les personnes ouvertes à la nouveauté et pour qui les voitures font partie intégrante de leur identité font généralement la transition vers une hybride. En effet, la plupart des propriétaires actuels d’hybrides (54 %) déclarent trouver du plaisir à conduire ».

Enfin, en matière d’environnement, 85 % des conducteurs français interrogés se disent être préoccupés par le changement climatique, et l’étude révèle que les conducteurs de véhicules hybrides sont beaucoup plus enclins à ressentir un fort sentiment de responsabilité envers l’environnement (16 %) et se considèrent comme des défenseurs de l’environnement (56 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos