Étude : l’achat de VE freiné par le manque d’information

Publié le par

L’enquête a été réalisée auprès de 1 000 personnes âgées de 18 ans et plus, vivant dans un immeuble collectif (dont 39 % de propriétaires et 61% de non-propriétaires).

Étude : l'achat de VE freiné par le manque d'information

« Alors que le véhicule électrique apporte une réelle réponse aux problématiques de pollution en centre-ville, il est essentiel de comprendre les facteurs favorisant son développement en copropriété (qui représente plus de 60 % de l’habitat dans les villes de plus de 100 000 habitants et plus de 80 % en Ile-de-France) et de mesurer l’impact de l’accès à la recharge sur la décision d’achat », explique Frédéric Renaudeau, fondateur de Zeplug.

La start-up française Zeplug, spécialiste de la recharge des véhicules électriques en copropriété, vient de dévoiler les résultats de sa nouvelle étude. Ces derniers démontrent que 48 % des Français vivant en immeuble collectif seraient prêts à passer aux VE dans les prochaines années. Pour 85 % d’entre eux, le domicile est de loin le lieu plébiscité pour la recharge. Or, 7 % personnes interrogées disposent de bornes de recharge au sein de leur copropriété et seulement 11 % assurent avoir été informées par le biais de leur copropriétés quand aux diverses solutions de recharges existantes.

Outre le domicile, 79 % des Français privilégient un lieu public à proximité du domicile (parking, places réservées en ville, station-essence…) et 46 % préfèrent le lieu de travail ou ses alentours.

Ainsi le manque d’information et d’équipements dans les copropriétés expliquent le faible taux d’achat de véhicules électriques. Le prix étant une autre explication avancée car, si 31 % des Français savent qu’il existe des aides financières pour l’installation de bornes de recharge en logement collectif, 69 % l’ignorent.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos