Face à la crise, le groupe PSA demeure rentable au premier semestre

Publié le par

Au 30 juin dernier, le groupe PSA affichait un stock total (incluant celui du réseau indépendant et des importateurs) de l’ordre de 505 000 véhicules, soit une baisse de 24 % par rapport au 30 juin 2019.

© groupe PSA
© groupe PSA

Après le passage de la tempête Covid-19 sur l’industrie automobile, certains constructeurs auront mieux résisté que d’autres à ses assauts. Le groupe PSA affiche un chiffre d’affaires de l’ordre de 25,1 milliards d’euros au terme du premier semestre, soit une baisse de 34,5 % à période égale avec l’année 2019. Le chiffre d’affaires de la division Automobile s’établit à 19,5 milliards d’euros, soit en baisse de 35,5 % par rapport au premier semestre 2019. Cela s’explique principalement en raison de l’effet défavorable des volumes et du mix pays (- 40,5 %), de la baisse des ventes aux partenaires (- 0,5 %) et l’effet des taux de change (- 0,6 %). D’autre part, le résultat opérationnel courant du groupe s’élève à 517 millions d’euros, en baisse de 84,5 % avec un résultat opérationnel courant de la division Automobile qui régresse de 72,5 % pour s’établir à 731 millions d’euros. Ce niveau de rentabilité de 3,7 % a été atteint malgré un impact significatif de la baisse des volumes, grâce à un mix produit favorable et à la baisse des coûts. Par ailleurs, la marge opérationnelle courante du groupe est de 2,1%, en baisse de 6,6 points par rapport au 1er semestre 2019. Le résultat financier du groupe s’améliore à 52 millions d’euros contre -166 millions d’euros au premier semestre 2019. Le résultat opérationnel courant de Faurecia représente une perte de 159 millions d’euros.

« Ce résultat semestriel démontre la résilience du Groupe, récompense de six années consécutives de travail intense pour augmenter notre agilité et abaisser notre point mort, souligne Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA. Le groupe surmonte également cette crise grâce à l’engagement des équipes, soucieuses d’offrir une mobilité propre, sûre et abordable à nos clients. Nous sommes déterminés à réaliser un solide rebond au second semestre tout en finalisant la naissance de Stellantis d’ici la fin du 1er trimestre 2021 ».

Au terme de l’exercice actuel, le groupe français prévoit un marché automobile en baisse de 25 % sur le Vieux-Continent, de 30 % en Russie et en Amérique latine et enfin de 10 % pour le marché chinois. De plus, l’entité ambitionne d’atteindre une marge opérationnelle courante moyenne supérieure à 4,5 % pour la division Automobile sur la période 2019-2021.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos