Ferrari prendra le virage de l’électrique en 2025

Publié le par

Avant de passer au tout électrique, l’écurie au cheval cabré préfère prendre son temps en misant sur la motorisation hybride.

Ferrari prendra le virage de l’électrique en 2025

Face à la mutation de l’industrie automobile et aux réglementations environnementales de plus en plus strictes, l’électrification des véhicules est un passage obligé pour les constructeurs. Si beaucoup sont en train d’embrasser cette direction, Ferrari se montre plus prudent et semble vouloir prendre son temps. Louis Camilleri, directeur général de l’écurie a annoncé dans les colonnes du magazine Reeters que le premier modèle sportif 100 % électrique de la marque ne sera pas attendu avant 2025. La raison de ce délai est purement technique : « La technologie de la batterie n’est pas encore là où elle devrait être. Il y a encore des problèmes importants en termes d’autonomie, et de vitesse de recharge. Finalement, nous en sortirons un. Mais c’est après 2025. Pas à court terme ».

Toujours selon Reeters, le dirigeant italien a déclaré que Ferrari étudiait « certainement » une voiture de grand tourisme entièrement électrique (GT), mais que d’ici à 2025, les efforts seront concentrés sur le lancement de véhicules hybrides. Une ambition concrétisée en mai 2019 par la SF90 Stradale, une supercar de grand tourisme hybride rechargeable de série. La voiture au cheval cabré est animée par un moteur V8 4 litres essence hybride rechargeable de 780 chevaux. Il est associé à trois moteurs électriques, deux à l’avant et un à l’arrière, fournissant 162 kW (220 ch), pour une puissance cumulée de 1 000 chevaux. Si Ferrari ambitionne d’écouler 60 % de ses ventes en motorisations hybrides d’ici à 2022, le constructeur italien envisagerait également des technologies alternatives pour ses voitures, telles que l’hydrogène et les biocarburants.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos