Fiat 500 : le pot de yaourt au parfum électrique

Publié le par

En 63 ans d’existence, la Fiat 500 a connu deux générations et 30 séries spéciales. La troisième déclinaison, cette fois en motorisation électrique, marque une nouvelle étape dans la stratégie d’électrification du groupe FCA.

Fiat 500 : le pot de yaourt au parfum électrique

L’icône italienne aux 63 printemps fait son entrée dans la cour des électriques. La marque italienne capitalise sur les atouts du véhicule qui participent à son succès dans le monde depuis six décennies (19 950 unités immatriculées en France en 2019) pour la diriger vers le zéro émission. Équipée d’une batterie de 42 kWh, la citadine offre jusqu’à 320 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. Un sacrée avantage pour l’Italienne qui bat sur ce terrain les Mini Cooper SE et Honda e avec leurs respectifs 230 et 200 kilomètres d’autonomie. La Fiat 500 est équipée d’un moteur de 87 kW, capable d’atteindre une vitesse maximale de 150km/h et d’abattre les 0 à 100 km/h en 9,0 secondes. Le véhicule est fourni avec un chargeur rapide de 85 kW : 5 minutes de recharge suffisent pour parcourir 50 kilomètres et 35 minutes pour recharger 80 % de la batterie. La prise Combo 2 située à l’arrière droit de la voiture permet de recharger en courant continu/alternatif ou via un chargeur rapide.

Outre la réussite de son look, la Fiat 500 met l’accent sur sa technologie de conduite autonome de niveau 2. Elle est dotée du système de Cruise Control Adaptatif Intelligent (IACC) qui permet de freiner ou d’accélérer le véhicule en fonction des conditions de circulation, de l’Intelligent Speed Assist (lecture des panneaux), de l’avertissement acoustique pour les piétons (AVAS), ou encore du détecteur de fatigue pour le conducteur. La Nouvelle 500 permet également une intégration en mode miroir des smartphones et dispose d’un écran tactile haute définition de 10,25’’ en format horizontal 16:9.

Pour son lancement, la nouvelle 500 est d’abord proposée en version cabriolet. Il s’agit du premier cabriolet quatre places zéro émission. La citadine est disponible en édition Prima en trois coloris : gris minéral, Ocean green et bleu céleste au prix de 37 900 euros (hors bonus écologique). Et pour marquer le coup, les 500 premières unités vendues dans les principaux pays auront la capote Monogram ainsi qu’un badge numéroté (de 1 à 500) à côté du nom du pays auquel la voiture sera destinée. Disponible à la commande, les premières livraisons sont annoncées pour septembre prochain.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos