Fiat France : Le réseau hausse le ton

Publié le par

Le groupement représentatif du réseau français du groupe Fiat va se rendre à Turin les 2 et 3 mai prochains… Pour y évoquer le malaise des opérateurs de l’organisation tricolore et leurs aspirations.

Fiat France : Le réseau hausse le ton

Après avoir organisé une Assemblée générale extraordinaire de leur organisation, les représentants du bureau restreint du groupe des concessionnaires de Fiat en France, accompagné de certains distributeurs de premier plan, comme des représentants de Fiat France, se rendront les 2 et 3 mai prochains à Turin pour y rencontrer les dirigeants de la firme transalpine. Histoire de leur faire part du mécontentement des opérateurs hexagonaux, à propos de la politique commerciale du constructeur, puis de leur alarme au vu des scores enregistrés sous ses logos sur le territoire français.

De fait et après une année 2011 déjà complexe, les immatriculations consolidées de véhicules particuliers neufs de Fiat, Alfa et Lancia (16 920 unités) ont reculé de 32,2 % au premier trimestre 2012. Sachant pourtant que la seule marque Lancia (1 510 immatriculations) avait amélioré ses ventes VP de quelque 98 % dans le même laps de temps…. Mais aussi, que celles des utilitaires d’Alfa Romeo et de Fiat ont simultanément, et respectivement, plongé de 24,5 % et de 5,7 %.

Montée dans les tours

Évoquant leur montée dans les tours, les partenaires de Fait auto, estiment que 40 % d’entre eux ont perdu de l’argent au cours de l’exercice 2011.
Ce qui peut se recouper avec les résultats de la dernière Cote d’Amour des Constructeurs, selon lesquels le delta de ceux qui considéraient en septembre dernier que leurs marques contribuaient négativement à leurs profits, était de 78,3 % pour Fiat, 66,7 % pour Lancia et de 56,7 % pour Alfa Romeo…

Les mêmes entrepreneurs regrettent ensuite que la diffusion de plusieurs nouveautés inscrites au plan produit de Turin (dont une grosse Alfa Romeo et la remplaçante de la Fiat Punto annoncée pour 2014) semblent gelées ou trop lointaines. Exception faite de la sortie de la 500 Quatre Portes prévue en octobre. Cela, alors mêmes qu’ils aspirent à une offre d’autant plus attractive que le marché national s’avère spécialement défavorable.

Leur grief suivant s’attache au budgets trop « fermés » et limités qui sont alloués à la filiale Française de Fiat Group, comme ils le sont sans doute pour ses autres entités représentatives européennes. Cette situation handicapant à leurs yeux la capacité de l’importateur à déployer des moyens commerciaux de soutien au réseau.

De plus, ils craignent qu’une politique de mise sous contrôle trop massive des actions locales engagées, ne risque un jour de pousser certains managers de Fiat France à réfléchir sur l’évolution de leur propre situation.
« Nous sommes tous vaccinés et attachés à nos marques. Mais notre moral se dégrade vite en ce moment... » épiloguait un des distributeurs qui attendent beaucoup du prochain pèlerinage italien annoncé. Saga à suivre ?

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos