Fin du thermique en 2035 : Frans Timmermans et « les pleureuses »

Publié le par

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, a balayé d’un revers de la main les objections des constructeurs automobiles face à l’objectif d’une mobilité zéro émission dès 2035.

Frans Timmermans, volontiers provocateur avec les constructeurs automobiles. © Commission européenne
Frans Timmermans, volontiers provocateur avec les constructeurs automobiles. © Commission européenne

Dans le concert de réactions suite à l’annonce du projet d’interdire la vente de véhicules thermiques à partir de 2035, la posture de Frans Timmermans donne une idée de la fracture qui existe entre certains dirigeants politiques et leurs homologues industriels.

« Cela nous est arrivé à de multiples reprises. À chaque fois que nous définissons de nouvelles normes, les constructeurs nous disent que ce n’est pas possible, pas réaliste. Et ils finissent par répondre auxdites normes. Que les choses soient claires, l’Union européenne veut que les véhicules vendus soient zéro émission. Si c’est possible avec des moteurs thermiques, pas de souci, allons-y », a asséné Frans Timmermans, volontiers cassant, voire provocateur.

Et toujours lors de la même conférence de presse, il a justifié la position de la Commission européenne, à l’aune des constructeurs eux-mêmes, citant les marques qui avaient d’ores et déjà annoncé une date où elles cesseraient la vente de voitures thermiques, comme Audi, Volvo, Volkswagen ou Mini, par exemple. Ambiance…

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos