Ford ne remplacera pas sa berline Mondeo après 2022

Publié le par

Après quatre générations et près de 5 millions d’unités écoulées, la berline Mondeo ne sera pas renouvelée dans la gamme du constructeur américain lorsqu’elle quittera le marché au printemps 2022. Ford préférant miser sur les SUV et les véhicules hybrides.

© Ford
© Ford

Sale temps pour les berlines. Alors que certains prédisaient, voilà deux ans, qu’avec l’entrée en vigueur de la norme WLTP ce type de carrosserie très classique connaîtrait un regain d’intérêt face aux SUV, accusés d’être trop lourds, gourmands et donc fortement émetteurs de CO2, Ford leur donne tord. En Europe, la part de marché de ces véhicules hauts sur pattes mais souvent dénués de toute capacité de franchissement atteint 39 % chez le constructeur américain. Il faut dire qu’entre-temps, ces baroudeurs ont trouvé une parade pour demeurer en odeur de sainteté : l’électrification de leurs motorisations.

Ce constat posé, la marque à l’ovale bleu vient donc d’annoncer aux salariés de son usine de Valence (Espagne) que l’actuelle génération de Mondeo – ainsi que sa variante break Mondeo SW – prendra sa retraite en mars 2022, comme prévu, mais ne sera pas remplacée. En revanche, la production des grands monospaces S-Max et Galaxy (bâtis sur la même plateforme) se poursuivra encore quelques temps.

Quel avenir pour l’usine de Valence ?

L’arrêt du modèle Mondeo n’entraîne pas la fermeture du site de production. L’usine Ford de Valence produit d’autres modèles de la gamme et assure également la fabrication de certains éléments mécaniques, notamment les moteurs de nombreux véhicules comme les blocs essence 2.0 et 2.3 l EcoBoost « pour lesquels la demande demeure importante », selon Ford.

Aussi, le constructeur a décidé que « le moteur hybride Duratec 2.5 l – jusqu’ici assemblé au Mexique – sera produit dans l’usine espagnole à partir de la fin de l’année 2022 ». Pour mémoire, ce bloc se retrouve sous le capot des Kuga PHEV ainsi que des Kuga, Galaxy et S-Max hybrides. Sa production « sera accompagné d’une augmentation de la capacité d’assemblage des packs de batteries électriques pour laquelle est confirmé un investissement supplémentaire de 5,2 millions d’euros venant s’ajouter à un investissement initial de 24 millions d’euros annoncé en janvier 2020. Cette capacité supplémentaire est nécessaire pour répondre à la demande accrue de production de véhicules électrifiés actuels et futurs », précise la marque dans un communiqué.

Une marque 100 % électrique à l’horizon 2030

Ford l’a déjà annoncé, son avenir est électrique. Pour rappel, d’ici à mi-2026, « 100 % de la gamme de véhicules particuliers Ford en Europe sera disponible en déclinaison 100 % électrique ou hybride rechargeable ». Enfin, d’ici à 2030, l’intégralité de la gamme sera 100 % électrique.

Pour réussir cette transition énergétique, le constructeur a décidé de consacrer « au moins 22 milliards de dollars (environ 18,6 milliards d’euros) à l’échelle mondiale. Soit près du double des précédents plans d’investissement dans les véhicules électrifiés ». À l’échelle européenne s’ajoute un investissement de 850 millions d’euros pour créer le centre d’électrification de Ford Cologne, en Allemagne dédié à la fabrication de véhicules électrifiés.

De cette nouvelle génération d’usine sortira le premier véhicule particulier 100 % électrique produit par Ford en Europe à l’horizon 2023. Un modèle encorde gardé secret qui pourrait partager ses chaînes de production avec un deuxième véhicule électrique.

Mots clefs associés à cet article : Ford

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos