Frais de réparation en hausse selon CarGarantie

Publié le par

CarGarantie vient de communiquer ses statistiques de l’année 2018 en matière de frais de réparation. Un montant moyen qui est passé de 514 à 527 euros.

Frais de réparation en hausse selon CarGarantie

CarGarantie publie chaque année le bilan de ses prises en charge. En 2018, les frais de réparation ont de nouveau augmenté, passant ainsi de 514 à 527 euros en moyenne. Une hausse qui se confirme puisqu’en 2016, la moyenne s’élevait à 502 euros. Cette somme correspond à la synthèse de 767 262 garanties de voitures d’occasion et 240 956 garanties de voitures neuves arrivées à échéance. La durée de ces contrats allait de 12 à 36 mois. Au total, le portefeuille de la firme s’élève à 2 millions de contrats répartis dans 22 pays et vendus par 23 000 distributeurs. CarGarantie souligne l’accélération des coûts depuis 2016, après des années de hausse modérée. « L’un des moyens de contrer cette augmentation et de répondre à la demande des clients est de proposer une garantie. Les clients souhaitent pouvoir compter sur des garanties supplémentaires. Pour les distributeurs et les constructeurs, il s’agit non seulement d’une protection contre les coûts, mais également d’une marque de confiance dans leurs produits et donc d’un signal fort soulignant la qualité des véhicules », remarque le Dr. Marcus Söldner, P-DG de CarGarantie.

Très cher moteur

Pour les véhicules d’occasion comme pour les véhicules neufs, la panne la plus coûteuse provient du moteur. Si c’était déjà le cas auparavant pour les VO, il s’agit d’une nouveauté pour les VN. En effet, avec 21,3 % des coûts des sinistres, le propulseur a détrôné le système d’alimentation, qui passe à la deuxième place avec 21 % des montants dépensés. L’installation électrique complète le podium avec 10,7 %. Pour les voitures d’occasion, le propulseur est à l’origine de 23,6 % des sommes prises en charge, devant l’alimentation (dont le turbo) 18,2 % et la boîte de vitesses (11,62 %). Si les sommes en jeu sont particulièrement importantes dans le cadre de sinistres touchant le moteur, les pannes les plus fréquentes concernent d’autres éléments des véhicules.

Alimentation capricieuse

L’alimentation reste en tête des pannes les plus fréquentes. Elle représente 19,9 % des sinistres sur les voitures d’occasion et 21,5 % sur les voitures neuves. La deuxième cause de sinistre est aussi la même pour les deux catégories. Il s’agit de l’installation électrique, qui représente respectivement 17,4 % et 17,8 % des problèmes. Enfin, la troisième source d’ennuis est le moteur pour les VO (10,82 %) et l’électronique de confort pour les VN (9,5 %). Ces soucis techniques surviennent cependant un peu plus tard en moyenne pour les deux types de véhicules.

Avec le temps

Dans le cas des voitures d’occasion, 30,1 % des sinistres ont lieu au cours des 5 000 premiers kilomètres. Plus de quatre cinquième des pannes surviennent pendant les 25 000 premiers kilomètres (83,3 %). Près de 80,9 % de ces problèmes surgissent au cours de la première année du contrat pour les véhicules d’occasion et 46,7 % pour les véhicules neufs.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos