General Motors renonce à son service d’auto-partage

Publié le par

Cette crise sanitaire sans précédent, ainsi que les mesures de distanciation sociale qui l’accompagnent pourraient mettre un coup d’arrêt à bien d’autres acteurs.

GM Maven
GM Maven

Maven ne survivra pas à l’après Covid-19. En raison de l’épidémie qui frappe durement les États-Unis (avec 842 629 cas et 46 149 morts répertoriés, le pays occupe la première place des pays les plus impactés) et des mesures sanitaires drastiques mises en place pour l’éradiquer, General Motors a pris a pris la décision de mettre un terme à son service d’auto-partage Maven lancé il y a quatre ans. « Nous avons profité de la période de suspension pour examiner cette activité et les défis existant dans le secteur. Nous sommes parvenus à la conclusion que c’était le moment opportun pour transférer les ressources, les capacités et la technologie de Maven aux autres activités de GM susceptibles de croître et d’être rentables », rapporte l’AFP selon un porte-parole du constructeur. L’arrêt de l’activité de Maven pendant un mois sonne donc comme la fin du combat. General Motors assure que la fermeture se fera de manière progressive. L’une des échéances envisagées est la fin de l’été 2020.

L’abandon de Maven intervient quelques mois seulement après le retrait en Amérique du Nord de l’opérateur d’auto-partage Share Now, fruit du rapprochement entre Car2Go et DriveNow de BMW et Daimler. Si ce type de services est présenté comme une alternative plus écologique, il doit fait face à une concurrence accrue de la part des plateformes de VTC telles que Uber et Lyft qui détiennent le monopole de ce secteur. Pourtant, dans cette guerre des territoires, la pandémie mondiale du Covid-19 semble redistribuer les cartes. Les deux entreprises subissent également un ralentissement de leurs activités depuis l’instauration des restrictions de déplacement. D’après la société de gestion d’actifs JMP Securities, le deuxième trimestre 2020 devrait être marqué par un recul du chiffre d’affaires de 45 % pour Uber et de 61 % pour Lyft.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos