Hausse des contre-visites pour le nouveau contrôle technique 2018

Publié le par

Le contrôle technique a évolué au mois de mai 2018 avec le passage de 140 à 149 points de contrôle et l’apparition de défaillances majeures et critiques. Le nombre de contre-visites a atteint 19,43 % contre 18,92 % en 2017.

Hausse des contre-visites pour le nouveau contrôle technique 2018

Il faudra encore attendre pour assister à l’explosion du nombre des contre-visites. Les véhicules non conformes ont représenté l’an dernier 19,43 % des contrôles, contre 18,92 % en 2017. Le pourcentage pour les véhicules particuliers a atteint 18,99 % alors qu’il s’élevait à 18,56 % en 2017. Sur la seule période du nouveau contrôle technique, ce taux est monté à 20,92 % (du 20 mai au 31 décembre 2018). Parmi ces véhicules, 1,18 % ont été recalés pour défaillance critique. Pour les véhicules utilitaires légers, le taux de contre-visites a atteint 22,22 % en 2018, contre 21,30 % l’année précédente. Dans le détail, les utilitaires recalés ont représenté 25,35 % des véhicules contrôlés à partir du 20 mai. Le nombre de défaillances critiques a atteint 1,90 %. Au total, près de 25 466 916 contrôles ont été effectués en 2018 par 6 372 centres agréés. Le nombre global de visites a donc augmenté de 0,41 % par rapport à 2017.

Des faiblesses qui persistent

L’évolution du contrôle technique n’a pas eu de grandes conséquences sur la nature des organes mécaniques touchés. Jusqu’au 19 mai 2018, le classement des fonctions à l’origine des contre-visites reste le même, avec des taux en léger recul, à l’exception des véhicules au gaz. À partir du 20 mai, pour le nouveau contrôle technique, le nombre des fonctions passe de 12 à 9 et les pourcentages ne deviennent plus comparables. Cependant, les défauts restent situés sur les mêmes éléments. Roues, pneus, feux, freinage restent parmi les incontournables de la contre-visite. La nouveauté réside dans l’apparition des défaillances critiques, qui imposent une réparation immédiate. Le principal défaut concerne les systèmes GPL/GNC/GNL défectueux (0,45 %). Suivent dans l’ordre une corde visible ou endommagée des pneus (0,24 %), une efficacité inférieure à 50 % du frein de stationnement (0,18 %), un non fonctionnement des feux de stop (0,13 %), une profondeur des sculptures de pneumatiques insuffisante (0,10 %) et une usure excessive des plaquettes de frein (0,08 %). Ces résultats devraient évoluer en 2019 puisque les nouvelles modalités du contrôle ont été appliquées depuis le début de l’année. L’entrée en vigueur du contrôle des 5 gaz pour les véhicules diesel pourrait également bouleverser les statistiques si cette réforme est reprogrammée par le gouvernement.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos