Hyundai Bayon : les Captur et 2008 en ligne de mire

Publié le par

Sur le très disputé segment des SUV citadins, le nouvel arrivant coréen devra faire preuve d’agilité pour s’imposer face à de sérieux concurrents. Hyundai table sur la vente de 4 000 exemplaires cette année.

© Hyundai Motor France
© Hyundai Motor France

Les Britanniques le prononceront littéralement Beï-on, mais en France la sonorité renvoie à la capitale du Pays basque, Bayonne. Comme le veut la tradition, Hyundai a emprunté le nom d’une ville pour baptiser son dernier-né. Bayon rejoint ainsi le Tucson (Arizona), le Santa Fe (Nouveau-Mexique), le Kona (Hawaï) et le Nexo (Danemark). Conçu en Turquie aux côtés de l’i20 et spécialement destiné aux clients européens, le nouveau SUV urbain coréen fait officiellement son entrée sur le segment B aux côtés du Kona et constitue en termes tarifaires un modèle d’entrée de gamme pour la catégorie des SUV. De fait, avec une grille de prix allant de 17 850 à 27 600 euros, le Bayon coûte 1 750 euros de moins que le Kona essence à finition et puissance moteur équivalentes (version Intuitive). Pour ce nouveau modèle, le constructeur a opté pour trois blocs essence, associés à la technologie d’hybridation légère 48 volts pour deux d’entre eux. Le client a donc le choix entre le MPi 1,2 litre de 84 chevaux associé à une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports, et le T-GDi 1,0 litre 48 V de 100 chevaux décliné soit avec une transmission à double embrayage à 7 rapports ou à une boîte de vitesses manuelle intelligente à 6 rapports. Selon les informations fournies pas Hyundai, la micro-hybridation 48 V permet des économies de carburant comprises entre 4 et 6 %.

Outre le prix, la position en entrée de gamme du Bayon s’explique également par ses dimensions. La comparaison avec son partenaire de segment est donc incontournable. Le Bayon perd ainsi 2 cm de long et 5 cm de haut par rapport au Kona. Il se place parmi les véhicules les plus compacts du segment avec 4,18 m de long, 1,77 m de large et 1,49 m de haut. Pour autant, le Bayon s’impose sur le terrain du rangement : grâce à ses 411 litres de volume de coffre (l’espace est d’ailleurs équipé d’un cache-bagages coulissant le long du dossier de la banquette arrière pour recouvrir ou non le chargement), il offre 30 litres supplémentaires par rapport au Kona (et 60 litres de plus que la i20). « Nous avons une offre riche avec Kona, mais sur la partie thermique, nous avons un niveau de motorisations assez important qui ne permet pas finalement de capter l’intégralité du segment des SUV urbains, remarque Lionel French-Keogh, directeur général de Hyundai France. Donc le rôle de Bayon va être d’élargir notre cible clientèle sur le segment des B-SUV. C’est important car il se situe parmi le top 3 des segments du marché français. Donc on se doit de répondre à l’ensemble des besoins des clients, tant en termes de prix, de motorisations, de transmissions que de prestations ». Le dirigeant évoque des « ambitions fortes » pour ce modèle : 4 000 ventes pour l’année 2021.

Un dernier-né bien équipé

Visuellement, le Bayon propose une identité stylistique singulière qui diffère des autres SUV de la gamme. Le modèle présente un caractère robuste, souligné par plusieurs éléments graphiques à la forme triangulaire ou de flèche. De profil, l’épaulé est très marqué par des lignes qui s’étirent vers l’arrière. À l’avant, le véhicule montre une calandre évasée vers le bas, agrémenté d’une signature lumineuse en deux parties. La première, fine et horizontale, surplombe la seconde en forme de flèche. À l’arrière, les feux conservent cette forme et entourent un hayon angulaire, large et imposant. Au contraire, dans l’habitacle tout rappelle l’i20. L’intérieur se veut simple et sobre selon le souhait des designers qui ont voulu insister sur le confort des passagers. Sur ce point, pari réussi à l’avant comme à l’arrière, avec une longueur de jambes respectives de 1 072 et 882 mm. Face au conducteur sont installés un compteur numérique de 10,25 pouces et un système multimédia de 8 pouces (au choix avec un système AVN avec écran de 10,25 pouces).

À l’instar des autres SUV de la gamme, le Bayon hérite des mêmes équipements de sécurité contenus dans le pack Hyundai SmartSense. On pense notamment au régulateur de vitesse adaptatif, au détecteur de fatigue, l’avertisseur de l’éloignement du véhicule précédent, la reconnaissance des panneaux, et l’assistance au suivi de voie. Le Bayon est disponible avec des jantes en acier de 15 pouces ou des jantes en alliage de 16 ou 17 pouces. Pour finir, il dispose d’une palette de sept coloris extérieurs, dont la nouvelle teinte de lancement baptisée Mangrove Green. Un toit bicolore noir est disponible en option.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos