Introduction en Bourse d’Aramis : Stellantis veut rester majoritaire

Publié le par

Aramis Group vient de valider la première étape de son introduction en Bourse en annonçant l’approbation de son document d’enregistrement par l’Autorité des marchés financiers. L’objectif reste de lever environ 250 millions d’euros.

© Aramis Group
© Aramis Group

Spécialiste de la vente phygitale de VO, Aramis Group, fondé il y a vingt ans par Nicolas Chartier et Guillaume Paoli, a pris une nouvelle dimension lors de son rachat par PSA, devenu Stellantis suite à la fusion avec FCA. Le groupe avait annoncé sa volonté de s’introduire en Bourse et le processus suit son cours, l’AMF venant de valider le document d’enregistrement.

« Première étape franchie dans notre projet d’introduction en Bourse sur Euronext Paris, avec toujours le même objectif : devenir la plateforme digitale préférée en Europe pour acheter une voiture d’occasion », commente Guillaume Paoli, co-fondateur et co-président d’Aramis. On peut rappeler que malgré la crise sanitaire, certes moins défavorable pour les activités VO, Aramis a enregistré un bon exercice 2020.

Grâce à cette IPO, Aramis compte lever 250 millions d’euros, voire plus, afin de financer son développement, notamment des opérations de croissance externe au niveau européen. Aramis a déjà pris le contrôle de Cardoen en Belgique, de Clicars en Espagne, et récemment, de CarSupermarket au Royaume-Uni. Cette stratégie est adoubée au sein de Stellantis qui veut rester majoritaire dans Aramis, la BU VO étant désormais jugée névralgique, surtout qu’elle joue un rôle de locomotive pour les ventes en ligne.
Rappelons qu’Aramis compte multiplier son chiffre d’affaires par trois d’ici à 2025, à 3 milliards d’euros environ, puis à nouveau par deux sur la période 2025-2030.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos