Ioniq, la nouvelle marque électrique de Hyundai

Publié le par

Le constructeur coréen fait désormais de l’appellation Ioniq une extension entièrement dédiée aux véhicules électriques. Hyundai prévoit de présenter trois nouveaux modèles éponymes au cours des quatre prochaines années, dont le premier en 2021.

© Hyundai
© Hyundai

Contraction de « ion » et « unique », le nom Ioniq est apparu sur le marché en 2016, au moment du lancement du premier véhicule de la marque à proposer trois types de motorisations électrifiées – hybride, hybride rechargeable et 100 % électrique – réunis au sein d’une seule plateforme. Aujourd’hui, ce qualificatif n’entend plus seulement désigner un modèle mais bien les ambitions de Hyundai sur le créneau de l’électromobilité. Il faut dire que le constructeur coréen espère se placer en acteur d’une société privilégiant les déplacements durables, et ce en concentrant 10 % du marché des électriques en 2025.

Avec sa nouvelle marque vouée aux projets de voitures « branchées », Hyundai fait donc le pari du transport « zéro émission ». Sans perdre de temps, trois modèles électriques siglés du fameux Ioniq seront d’ailleurs mis en circulation au cours des quatre prochaines années. Tout d’abord, la Ioniq 5, un SUV électrique constituant une version de série du concept 45 présenté à l’automne 2019. Celui-ci devrait faire son apparition au catalogue début 2021. L’année 2022, elle, devrait voir l’avènement de l’Ioniq 6, une berline inspirée par le concept Prophecy (présenté en mars dernier). Enfin, à l’horizon 2024, l’occasion nous sera donnée de découvrir un grand SUV baptisé l’Ioniq 7. Autant de modèles basés sur une seule et même plate-forme centrée sur des solutions connectées, la e-GMP.

Un précédent gagnant

« La marque Ioniq va changer l’expérience que les clients ont avec des véhicules électriques. Avec un nouvel accent sur un mode de vie connecté, nous proposerons des expériences électrifiées faisant partie intégrante d’un style de vie respectueux de l’environnement » assure Wonhong Chovic, président exécutif et directeur marketing mondial de Hyundai Motor Company. Si le groupe se montre aussi serein, c’est parce qu’il a déjà eu recours à ce genre de pratique. Alors que Genesis désignait une grande berline et sa version coupé, le Coréen a lancé sa filiale spécialisée dans les véhicules premium du même nom, en 2015. Un détachement, comparable à celui de Citroën et DS, qui s’avère plutôt fécond.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos