IzmoCars propose un outil de réalité virtuelle automobile

Publié le par

Le spécialiste américain de web-marketing, IzmoCars, qui équipe de nombreux groupes de distribution dans l’Hexagone dont PGA Motors, Métin, Hess et Lamirault, lance son outil de réalité virtuelle automobile.

Modélisation d’un modèle en 3D

L’approche d’Izmo est très innovante avec un parti pris pour la 3D plutôt que pour la caméra 360 degrés. Pour réussir à modéliser un modèle en 3D sans avoir les fichiers sources du constructeur, il faut tout d’abord scanner le véhicule avec un laser 3D.

Puis, il faut recréer tout l’intérieur du véhicule, avec les textures, les lumières, le tableau de bord. C’est cette création en 3D qui permet une réelle immersion à l’intérieur du véhicule : vous pouvez non seulement tourner la tête comme dans une vidéo 360 degrés mais vous pouvez surtout avancer, reculer, voir vos mains ou sortir la tête par le toit ouvrant si vous le voulez ! C’est ce qui donne à la démonstration d’Izmo une expérience finalement beaucoup plus réaliste et immersive que ce que nous avons pu voir jusqu’ici de la part des constructeurs s’aventurant sur cette technologie. « L’autre point fort de l’approche d’Izmo est d’aller au-delà du simple configurateur de véhicule pour s’employer à délivrer ce que les américains appellent le “story telling”. La démonstration permet en cinq minutes de raconter une histoire autour du véhicule, de parler du mode de vie qui va avec et pas simplement de son moteur ou de ses couleurs », explique Brian Wiklem, directeur d’Izmofx à San Francisco.

Aide à la vente et parcours client

« La réalité virtuelle doit être une aide à la vente et s’inscrire dans le parcours du client, qu’il soit digital ou off-line, déclare Fabien d’Aumale, directeur des opérations d’Izmo France. Que cela soit via un site web ou dans un point de vente, la réalité virtuelle doit donner envie d’aller à l’étape suivante et faire un essai routier en concession. La réalité virtuelle ne permettra pas d’apprécier une suspension ou la réactivité d’un moteur. Nous aurons toujours besoin de vendeurs pour faire cela, comprendre les besoins du client, faire une proposition commerciale et une vente. »

Encore quelques obstacles à franchir...

Même si la démonstration d’Izmo montre que la réalité virtuelle n’est pas si loin, il y a encore de nombreux obstacles. Le prix de l’équipement doit continuer à baisser. Car pour faire tourner une démo comme celle d’Izmo, il faut aujourd’hui compter sur un équipement d’une valeur de près de 4 000 euros entre le casque Oculus Rift et l’ordinateur puissant sur lequel il est connecté.

Il faut également du contenu pour alimenter ces outils et l’investissement pour créer ces contenus est forcément très important. David Descottes, directeur commercial d’Izmo France, conclut d’ailleurs : « Nous comptons beaucoup sur les fabricants européens pour nous aider à investir sur ce contenu comme cela est en train de se passer aux États-Unis. Car ils ont tout à y gagner. »

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos