Jan Löning (Oscaro) : « Oscaro est un phénomène de masse »

Publié le par

Jan Löning est arrivé à la direction générale d’Oscaro au mois d’avril 2019, après le rachat de la firme par Parts Holding Europe (Autodistribution). Un an plus tard, le dirigeant expose un premier bilan positif, avec un retour à la rentabilité opérationnelle sur l’ensemble de l’année 2019. De quoi repartir sur la voie de la croissance, avec le développement de l’offre pneumatique et l’ouverture de deux nouveaux pays européens.

Jan Löning (Oscaro) : « Oscaro est un phénomène de masse »

Auto Infos : Comment se porte Oscaro aujourd’hui ?
Jan Löning : Oscaro se porte bien. Le retour de la confiance de nos clients était notre priorité. Cet objectif atteint, nous avons retrouvé une croissance à deux chiffres depuis cet été, permettant de revenir à la rentabilité opérationnelle sur l’ensemble de l’année 2019.

A. I. : Quels sont les grands chiffres d’Oscaro ?
J. L. : Nous réalisons un chiffre d’affaires annuel de 300 millions d’euros, avec un panier moyen qui se situe entre 60 et 70 euros. Nous estimons notre part de marché entre 35 et 50 % des ventes de pièces sur internet, hors pneumatiques. L’année dernière, nous avons expédié 3,6 millions de commandes en France et 400 000 dans les marchés étrangers sur lesquels nous sommes présents.

A. I. : Où en est votre déploiement en Europe ?
J. L. : Nous sommes bien implantés en Espagne et plus modestement au Portugal et en Belgique. L’international représente actuellement 10 % de notre chiffre d’affaires mais nous souhaitons passer à 30 % grâce à notre entrée prochaine dans deux nouveaux pays. Nous serons présents avant la fin de l’année dans deux pays limitrophes à la France mais je ne peux pas encore vous en dire plus.

A. I. : Allez-vous déployer votre modèle habituel dans ces pays ?
J. L. : Nous restons sur la vente de pièces de rechange aux particuliers. Nous souhaitons décliner notre modèle. Nous n’allons pas réinventer un modèle dans des pays que nous connaissons mal. Nos points forts, qui correspondent aux attentes des clients, restent notre capacité à fournir la bonne pièce et le respect des délais que nous annonçons.

A. I. : Comment se portent vos relations avec Autodistribution ?
J. L. : Lorsque le groupe Autodistribution a racheté Oscaro, il était légitime de se demander comment allait réagir le réseau Autodistribution. En fait, cela s’est fait assez naturellement car il s’agit de concepts différents pour des clients différents. Notre base de fournisseurs identique a généré de meilleures conditions d’achat. En effet, nos partenaires historiques sont ACR et Doyen, deux entreprises rachetées successivement par PHE. De plus, le savoir-faire d’Autodistribution nous a apporté une plus grande expertise sur la pièce de rechange. Nous avons eu un débat en interne sur la possibilité d’utiliser les magasins Autodistribution comme points de livraisons Oscaro mais nous disposons déjà de 53 000 points relais dans des commerces de proximité. Les comptoirs Autodistribution ne nous donneraient pas une densité additionnelle. De plus, nos modèles de logistique sont différents car nous n’avons pas la même promesse client sur les délais de livraison. Nous sommes en réflexion sur des partenariats avec des enseignes d’autres univers pour bénéficier d’implantations physiques. Nous recherchons avant tout une communauté de clients communs.

A. I. : Comment Oscaro est-il perçu par ses clients particuliers ?
J. L. : Nous avons 5 millions de visiteurs uniques chaque mois et nous bénéficions d’une forte notoriété. Les français nous connaissent. Oscaro est un phénomène de masse. Nous livrons toute la France. A titre d’exemple, nous avons livré au moins une fois dans 34 813 communes sur un total de 34 839.

A. I. : Quelles sont vos voies de croissance ?
J. L. : Nous voulons développer la vente de pneus. Nous avons lancé la vente de pneus depuis 18 mois mais elle représente 1 % du chiffre d’affaires. Nous souhaitons atteindre 5 à 10 %. Nous avons aujourd’hui une interface spécifique avec une entrée par dimensions. Cependant, nous n’avons pas de partenaires pour le montage, donc nous ne le proposons pas pour le moment. Nous sommes en réflexion pour la création d’une MDD car il existe une place au sein de notre offre pour une marque d’entrée de gamme.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos