Jean-Philippe Imparato (Peugeot) : « Les surfaces immobilières devront être réduites de 20 à 30 % »

Publié le par

Dans une interview, parue dans le numéro 1371 de janvier 2018, le directeur de la marque Peugeot dresse un bilan positif de l’année écoulée. Le constructeur français a consolidé ses positions à la fois en Europe et hors Europe.

Jean-Philippe Imparato (Peugeot) : « Les surfaces immobilières devront être réduites de 20 à 30 % »

Une croissance facilitée par la montée en gamme de ses modèles et la commercialisation à plein régime des SUV de la marque, dont le 3008 qui connaît un véritable succès commercial depuis son lancement.

Vers l’organisation de la vente VN en ligne

Dans un contexte d’accélération de la digitalisation des services automobiles, le patron de la marque au lion estime que « d’ici à 2020, la marque Peugeot va organiser avec son réseau la vente en ligne de ses véhicules et de ses services. Cette transformation suppose des formations importantes, tant au niveau technique que du traitement des leads. Et, dans la foulée, il y aura la transition vers les véhicules autonomes. »

Transformer la distribution : l’enjeu des dix prochaines années

Au niveau du réseau de la marque en France, Jean-Philippe Imparato estime que les surfaces des concessions devront être réduites à l’avenir. « Dès que vous avez des frais de structure communs supérieurs à 3,5 % de votre chiffre d’affaires, vous êtes dans une situation disproportionnée à ce niveau », estime-t-il. Et d’ajouter : « Il ne faut pas dépasser 0,8 % du chiffre d’affaires en coût immobilier et pas plus de 2,5 % en frais de structure hors immobilier. Il faut être réaliste... L’enjeu principal des dix prochaines années, c’est la transformation de la distribution. »

Réduction des surfaces de vente et d’après-vente

À l’avenir, le dirigeant de la marque envisage « un acte d’achat automobile qui sera à la fois digital et physique. Il y aura toujours un réseau qui sera important et incontournable mais avec moins de mètres carrés (...). Au fond c’est l’investisseur qui prendra cette décision finale de réduire d’au moins 20 % sa surface immobilière tout en gardant son empreinte sur une région donnée. »

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans notre édition papier n° 1371 de janvier 2018.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos