L’ANEA s’insurge contre les propos d’un expert dans l’émission Turbo

Publié le par

L’ANEA (Alliance nationale des experts en automobile) réagit vivement après les propos tenus par un expert sous couvert d’anonymat dans l’émission Turbo diffusée le 4 juin dernier.

L’ANEA s’insurge contre les propos d’un expert dans l’émission Turbo

Le 4 juin dernier, l’émission Turbo proposée sur M6 diffusait un reportage sur les dessous de l’assurance automobile. Dans ce document, un expert témoignait, sous couvert d’anonymat, sur la pression exercée par les assureurs. Ce professionnel parlait notamment d’une pression sur l’estimation des coûts de réparation et l’emploi de pièces « d’origine douteuse » ou d’une absence de contrôle de géométrie pour faire baisser la facture. Face à ces propos, l’ANEA a réagi en la personne de son président François Mondello. « Les propos tenus par ce professionnel sont plus que douteux car notre code de déontologie nous protège totalement sur ce plan et permet à tout expert de ne subir aucune pression de cette nature ! Et nos clients assureurs sont en parfait accord avec ce code qui fait également référence auprès de notre ministère de tutelle ».

Si le poids des assureurs sur le marché de la réparation carrosserie est incontestable et que l’expert se retrouve au centre de la relation entre tous les acteurs lors d’un sinistre, l’emploi de pièces d’origine douteuse, voire volées, comme l’affirme l’expert interrogé, est un acte pénalement répréhensible. « Je propose à cet expert anonyme de justifier auprès de l’ANEA dans les plus brefs délais ce qu’il rapporte dans son témoignage, en mettant à notre disposition les éléments probants et je m’engage personnellement à conduire toutes les actions pour que ces faits, s’ils étaient avérés, disparaissent à jamais. Mais si ces propos ne sont que des élucubrations dénuées de tout fondement et uniquement proférés pour porter gravement atteinte à l’image de notre profession, alors je conseille fortement à cette personne de se remettre en cause et d’exercer un autre métier si elle n’est plus en mesure d’assurer son rôle », poursuit François Mondello. Une réaction vive mais compréhensible après les affaires qui ont mis en cause la réputation des experts ces dernières années.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos