L’Allemagne défend le thermique à travers les carburants non fossiles

Publié le par

Même s’il est admis que le moteur thermique à énergie fossile devrait disparaître dans les quinze prochaines années, l’Allemagne défend les carburants de synthèse et souhaite une alternative au tout électrique.

© Pixabay
© Pixabay

En raison des diverses réglementations européennes et nationales, le moteur thermique à combustion classique devrait progressivement s’éteindre dans les quinze prochaines années.

Une autre voie pour se substituer au tout électrique

À la différence de la France, où aucune différence n’est faite entre carburant fossile ou de synthèse, l’Allemagne fait encore entendre une voix différente du tout électrique prôné depuis plusieurs années. Une voie existe en effet pour produire dans l’avenir un carburant non fossile qui respecterait les engagements environnementaux européens.

Pour rappel, plusieurs acteurs de l’industrie chimique, pétrolière, mais aussi automobile comme les groupes Volkswagen et Bosch travaillent aujourd’hui sur des carburants de synthèse produits à partir d’énergie renouvelable et compatible avec les motorisations thermiques actuelles.

Dans le journal Welt am Sonntagmag du 15 mars dernier, on apprend en effet que le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer, souhaite que « seules les voitures équipées de moteurs à combustion interne fonctionnant avec des carburants de synthèse devraient circuler à partir de 2035 ». « Notre objectif doit être d’éliminer progressivement les carburants fossiles d’ici à 2035 ». « Cela ne signifie toutefois pas complètement la fin du moteur thermique », a-t-il ajouté, faisant référence aux carburants de synthèse. « Il faut développer la production de ces carburants et les rendre compétitifs », a-t-il indiqué.

La menace de l’Euro 7

Le ministre a par ailleurs réaffirmé son opposition au projet de norme Euro 7 que la Commission européenne doit présenter à la fin de cette année. « Nous devrions nous concentrer sur les réglementations existantes en matière d’émissions et ne pas avoir de débat sur des exigences encore plus strictes », a déclaré le ministre allemand des Transports.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos