L’Argus lance de nouveaux services de valorisation

Publié le par

L'Argus lance de nouveaux services de valorisation

« La cote, ce n’est pas un prix », résume Jean-Claude Marcantonio, directeur des valorisations et des solutions professionnelles du groupe l’Argus.

Avec ses équipes, il lancera dans quelques semaines de nouveaux services de valorisation, complémentaires à la fameuse cote. « La cote Argus est une valeur de référence qui sert de base de négociation dans le secteur depuis 85 ans. À partir de cette base, chacun est libre de fixer son prix. Les nouvelles valeurs Argus sur lesquelles nous travaillons en R&D depuis trois ans se fondent, quant à elles, sur celles du marché issues des annonces VO et surtout des valeurs de transaction collectées via nos outils auprès de nos 4 000 clients professionnels », explique J.-C. Marcantonio.

Approche statistique et humaine

Recueillies sur les sites qui appartiennent en propre à l’Argus (argusauto.com, 321auto.com, autoevasion.com, etc.) ou sont directement administrés par le groupe (la chaîne automobile de PriceMinister et d’eBay) et sur les outils de gestion Planet VO et cardiff, ces millions de données VO constituent « un ensemble suffisant pour dégager des valeurs à même d’aider les professionnels à fixer un prix de mise en vente d’un véhicule et estimer un prix de revente à particuliers ou à marchand », précise-t-il. De fait, ces nouvelles valeurs sont basées sur les prix effectifs de transactions.

L’approche du groupe est statistique à partir de cet écosystème de data maîtrisées, mais aussi humaine puisque des experts métier filtrent et qualifient les informations retraitées. « Le professionnel pourra se déterminer en fonction de la valeur intrinsèque de la cote et des nouvelles valeurs Argus afin de savoir à quel prix acheter, combien de temps il peut garder son VO en stock, à combien il peut le revendre et à qui, etc. », poursuit J.-C. Marcantonio.

Tendu et atomisé avec un nombre exponentiel de gammes et versions qu’il faut multiplier au nombre d’années d’existence des véhicules, le marché VO est devenu particulièrement difficile à appréhender sur le plan tarifaire pour les professionnels. Face à cette demande, les « coteurs » doivent fournir un travail toujours plus fin.

Saisine

Dans ce contexte où la concurrence s’agite – Autobiz commercialise déjà ce type de valeurs et Autovista (ex-EurotaxGlass’s) vient de lancer trois nouveaux produits (SpotVO, Radar et Pilote) sur la base d’un nouveau système statistique de valeurs (Valuation Next Generation) –, l’Argus se serait bien passé de voir son lancement parasiter par la saisine dont il fait l’objet auprès de l’Autorité de la concurrence. Pour rappel, un autre concurrent issu de ses rangs, Philippe Delafaite, dirigeant de la société OOTOO, a dénoncé en juillet dernier les pratiques mises en œuvre dans le secteur de la cotation de VO et les pratiques anticoncurrentielles de l’acteur dominant du marché. « Cette démarche manque d’élégance et de fair-play et il est étrange qu’elle arrive au moment où nous nous apprêtons à lancer nos nouveaux produits », confie le directeur des valorisations qui ajoute, comme une ultime réponse au débat : « Le marché n’a jamais été aussi ouvert ! ».

Photo : Jean-Claude Marcantonio.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos