L’État français demande la nomination d’un successeur à Carlos Ghosn

Publié le par

Actionnaire de Renault, l’État français cherche un successeur à Carlos Ghosn, toujours incarcéré au Japon.

L'État français demande la nomination d'un successeur à Carlos Ghosn

Emprisonné au Japon depuis le 18 novembre 2018, Carlos Ghosn, actuel PDG du groupe Renault et président de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, sera durablement empêché pendant plusieurs mois.

C’est l’argument mis en avant par l’État français, actionnaire du groupe Renault à hauteur de 15,01 %, pour demander la désignation rapide d’un successeur à l’homme d’affaires franco-libanais.

« J’ai toujours indiqué, en rappelant la présomption d’innocence de Carlos Ghosn, que s’il devait être durablement empêché, nous devrions passer à une nouvelle étape. Nous y sommes, a reconnu Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, sur LCI. Dans cette nouvelle étape, nous avons besoin maintenant d’une nouvelle gouvernance pérenne pour Renault ».

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos