L’Europe augmente à nouveau sa production de VP en 2017

Publié le par

Le marché automobile européen ne s’était pas aussi bien porté depuis des années. Pour preuve, des volumes de production en hausse et des ventes en progression, notamment à l’export.

L’Europe augmente à nouveau sa production de VP en 2017

Selon les chiffres de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), les différents chiffres relatifs à la production, à la vente ainsi qu’à l’export de véhicules particuliers en Europe montrent que le marché automobile est solide sur le premier trimestre.
Ainsi, sur les trois premiers mois de l’année, plus de 4,1 millions de véhicules particuliers ont été immatriculés dans l’Europe des 27, soit une hausse de 8,4 % par rapport à la même période en 2016. Chacun des cinq marchés les plus importants en termes de volume a contribué à ce dynamisme, à l’instar de l’Italie (+ 11,9 % et 582 000 unités), L’Espagne (+ 7,9 % et 308 000 unités), l’Allemagne (+ 6,7 % et 845 000 unités) mais aussi le Royaume-Uni et la France avec des progressions respectives de 6,2 et 4,8 %, soit des volumes de ventes de VP de 820 000 et 541 000 unités. Ce dynamisme des ventes s’est accompagné d’une nouvelle hausse de la production de véhicules particuliers. Sur le premier trimestre, l’Europe des 27 a produit plus de 4,4 millions de modèles particuliers, soit un volume en hausse de 2,7 % par rapport à la même période en 2016.

La production française en hausse de 4,2 %

L’Allemagne, malgré un volume de production en légère baisse de 0,4 % à 1,4 million d’unités, reste le pays producteur le plus important dans l’Union européenne des 27, suivi de l’Espagne (+ 0,6 %, 616 000 unités), du Royaume-Uni dont la production a progressé de 8,9 % à 483 000 VP et, enfin, en quatrième position, la France qui, avec plus de 450 000 modèles, a vu son volume de fabrication augmenter de 4,2 %.
De manière globale, presque tous les pays européens ont vu leur production croître sur le premier trimestre 2017, à l’exception de certains pays de l’Est comme la Hongrie, la Pologne ou encore la Roumanie. L’Europe des 27 demeure ainsi la deuxième zone de production la plus importante derrière la Chine dont la production de véhicules particuliers a diminué de 2,2 % à près de 5,1 millions d’unités produites. En incluant la Russie, la Turquie, l’Ukraine et la Biélorussie, le Kazakhstan, la Serbie et l’Ouzbékistan, cette croissance est portée à 4,9 %, soit plus de 5 millions d’unités produites. Les progressions ont en effet été significatives en Turquie, avec une production qui a bondi de plus de 35 % à 264 000 VP, mais aussi en Russie avec près de 270 000 exemplaires fabriqués, soit une augmentation de 0,4 %.

Les exportations en nette hausse

Troisième indicateur révélateur : la hausse des exportations de véhicules produits dans l’Europe des 27 aussi bien en volume qu’en valeur. Sur les trois premiers mois de l’année, près de 1,6 million de véhicules particuliers ont été exportés par l’Europe contre 1,3 million sur la même période en 2016, soit une hausse de près de 21 %. La tendance est similaire en valeur avec une progression de 6,5 %, soit une valeur totale de plus de 22 millions d’euros des modèles exportés. Les États-Unis s’imposent comme les premiers acheteurs des véhicules du Vieux Continent avec près de 277 000 véhicules importés d’Europe, soit une hausse de 5,9 %. À noter que le Nigeria, avec un volume de véhicules particuliers européens achetés de près de 215 000 unités, a vu son volume d’importation bondir de 316 %. La Chine s’impose comme le troisième pays acheteur de véhicules particuliers européens le plus important avec 132 000 modèles, soit une hausse de 18,5 %. En valeur, les trois marchés les plus importants pour l’Europe sont les États-Unis, la Chine et le Japon.

Une balance commerciale excédentaire

Parallèlement, les importations européennes se sont accrues de près de 15 % en volume à 748 000 unités, tandis qu’en valeur, la hausse a atteint 8,2 % : les véhicules particuliers achetés par le Vieux Continent valaient sur les trois premiers mois de l’année près de 10 millions d’euros. Ces modèles provenaient de Turquie (198 000 exemplaires, soit 2 millions en valeur), du Japon (134 000 unités, soit 1,954 million en valeur), et de la Corée du Sud (116 000 unités, soit 1,322 million d’euros).
Au global, la balance commerciale de l’Union européenne tombe en positive sur le premier trimestre 2017 avec un excédent de plus de 22 millions d’euros contre 20,720 millions sur la même période en 2016, soit une hausse de 6,5 %.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos