L’affaire des expérimentations liées au diesel

Publié le par

L'affaire des expérimentations liées au diesel

Si vous faites partie de celles et ceux qui ont été choqués par cette affaire, sachez que les Néerlandais, eux, pratiquent ces expériences depuis longtemps. Les scientifiques hollandais assument totalement et expliquent que ce n’est pas plus nocif que de marcher dans un centre-ville. Ou que dans un métro quatre fois plus pollué !
Ce n’est probablement pas une découverte pour vous, mais aujourd’hui, il est quasiment impossible d’échapper aux oxydes d’azote, monoxyde de carbone et autres particules fines dégagées par la combustion de carburant, par le chauffage au bois ou encore par les activités industrielles. Une simple promenade dans une grande ville suffit à faire le plein de toutes ces cochonneries.
Récemment, la révélation faite par le New York Times sur les expériences d’un groupe d’étude financé par les constructeurs allemands a fait grand bruit. Dans la foulée, l’Institut national hollandais pour la santé publique et l’environnement a réagi. Ce dernier confirme mener des expériences similaires sur des êtres humains depuis des années dans le cadre de la recherche sur les émissions polluantes des véhicules diesels.
Un des chercheurs a confié à l’AFP que cela n’avait rien « d’extraordinaire ». Et pour cause, les tests sont menés sur deux heures par jour maximum, avec des gaz d’échappements dilués. Au pire, il s’agit de ce que respirent chaque jour les habitants qui sont situés à proximité des périphériques et autres boulevards.
Les tests sont menés aussi bien sur des personnes en traitement cardiologique que sur des volontaires en bonne santé. Les Néerlandais veulent toutefois se démarquer de leurs homologues allemands puisqu’ils précisent que tout est « public » dans ces recherches, à l’inverse de l’étude sur les singes qui provenait de financements privés. En l’occurrence, l’industrie automobile allemande.
Penser en l’occurrence que seule l’industrie automobile pratique ce genre de test serait là aussi une erreur. Pensez entre autres au secteur de la cosmétique et vous verrez à quel point les tests préalables sont nécessaires pour progresser dans l’intérêt du plus grand nombre !

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos