L’alternance reste l’outil anti pénurie de talent

Publié le par

L'alternance reste l’outil anti pénurie de talent

"N’attendons plus qu’un jeune soit sur le marché du travail pour en faire un collaborateur, formons-le en amont, allons le chercher plus tôt dans les écoles, créons des partenariats, des événements pour mieux communiquer l’envie de nous rejoindre". C’est, dans la conjoncture actuelle de l’emploi, un discours assez souvent entendu dans les entreprises de la distribution automobile.

Aujourd’hui, tous s’accordent aussi à dire que les jeunes diplômés par alternance sont plus rapidement opérationnels et plus personne ne conteste l’extraordinaire opportunité de fidéliser des nouveaux collaborateurs, développer des talents et préparer le renouveau de l’entreprise de demain.

Pourtant l’alternance ne se limite pas aux CQP de conseiller commercial ou aux formations de Technicien (TEEA) et il semble opportun de souligner qu’elle concerne aussi beaucoup d’autres formations à différents niveaux de diplômes des BTS aux Masters tant nous sommes sollicités en la période par des candidats de tous horizons prêts à tenter une carrière dans le secteur automobile sous réserve d’être pris en charge.

Ces candidats que nous rencontrons pourraient, pour certains, au moins être très utiles aux distributeurs en mutation et représenter à moindre coût une solution pour répondre par des profils adaptables à des besoins en constante évolution. Pour l’entreprise comme pour le stagiaire, il s’agit alors d’un engagement dans la durée pour viser l’embauche en CDI à la fin du contrat.

Les jeunes concernés trouveront quoiqu’il arrive bien sûr un emploi stable à plus ou moins long terme sans notre mobilisation, mais au-delà de la responsabilité sociétale de l’employeur, les stages et l’alternance pensés comme de vraies expériences d’apprentissage sont un des meilleurs moyens de donner le goût de l’entreprise aux jeunes pour les attirer dans une activité qui a besoin de rajeunir.

Pour autant, pour intégrer ces jeunes et les fidéliser, il est important de mettre les moyens pour accueillir, de mettre en place des rituels d’arrivée. Par exemple, la mise en place de parcours d’intégration et de parcours de formation interne. Ces jeunes collaborateurs doivent bénéficier pendant la durée de ce parcours d’un tutorat, de la part de leur encadrement et des ressources humaines, pour comprendre l’expertise du métier et également les valeurs et les rites de l’entreprise.

Ce temps à investir servira à faire comprendre aux jeunes un métier, le groupe pour les faire gagner en expérience et en crédibilité.
L’objectif de la démarche est de déboucher sur des collaborateurs qualifiés, une meilleure performance de l’entreprise avec des futurs cadres formés, capables d’être porteurs de projets d’envergures. Les jeunes pourront alors s’appuyer sur un système construit avec l’entreprise, fondé sur les attentes de chacun à court et moyen terme.

Cette jeunesse est considérée comme précieuse dans beaucoup d’autres secteurs d’activité car elle apporte un regard neuf et impulse un nouveau dynamisme dans les équipes. La performance économique d’une entreprise est indissociable de la vision des jeunes car c’est eux qui, demain, en prendront le relais.

En attendant profitez tous bien de cet été.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos