L’Argus dresse le portrait-robot du véhicule d’occasion français type

Publié le par

Pour la deuxième année consécutive, l’Argus a voulu savoir à quoi ressemblait le véhicule d’occasion moyen d’un Français. Si les dimensions du modèle d’occasion moyen restent constantes, le prix est encore orienté à la hausse en 2015.

L’Argus dresse le portrait-robot du véhicule d’occasion français type

En 2015, le véhicule d’occasion moyen cesse de s’allonger : il mesure 4,25 m de long, comme en 2015, mais gagne en revanche sur la balance avec un poids moyen de 1 326 kg, soit 1 kg en moins par rapport à 2014. Cette perte de poids s’accompagne d’une diminution de la cylindrée (1 667 cm3, soit - 3 cm3), ce qui profite à la puissance du véhicule qui parcourt le 0 à 100 km plus vite qu’en 2014, en 11,4 secondes, mais aussi à la consommation avec 0,3 l/100 km épargnés depuis 2012.

Une consommation moyenne en baisse

Pourtant, en 2015, le véhicule moyen d’occasion des Français est diesel à 77 % contre 80 % en 2014. Une proportion en baisse donc, mais encore logiquement élevée. Pour l’Argus cette surprésentation du diesel est due aux véhicules de société, généralement remis dans le commerce après trois ans et dotés quasi exclusivement de diesels pour que les entreprises puissent récupérer la TVA. Cette prépondérance du diesel explique pourquoi le véhicule moyen d’occasion affiche une consommation de 5l/100km, égale à celle d’un véhicule neuf en 2015, alors qu’il est plus grand, lourd et puissant.
Le véhicule d’occasion moyen prend de l’âge mai aussi de la valeur : la moyenne d’âge s’établit à 3,5 ans contre 3,3 ans en 2014 tandis que le prix moyen augmente de 4,6 % pour atteindre 25 108 euros contre 24 012 euros. Ce renchérissement est justifié par une baisse du kilométrage annuel affiché à 15 818 km en 2015 contre 16 265 km.

Les prix des véhicules d’occasion en augmentation

L’Argus note cependant de fortes disparités d’une catégorie à l’autre dans l’évolution du prix d’achat. La hausse la plus significative concerne les familiales avec + 7 %, puis les monospaces (+ 6 %), deux segments où les ventes de modèles neufs diminuent ce qui impacte le volume de véhicules d’occasion disponibles. Parallèlement, leur valeur résiduelle est parmi les plus faibles du marché avec respectivement 49,2 et 51,9 %. Concernant les SUV, les modèles compacts arrivent désormais sur le marché de l’occasion, ce qui se traduit par des prix stables et une valeur résiduelle de 53,5 %.
Enfin, le marché VO des petits SUV, alimenté par les véhicules de démonstration et les véhicules en location courte durée, bénéficie de remise. Résultat, leur prix affiche une baisse de 2 % en 2015, ce qui n’empêche une valeur résiduelle qui reste la plus élevée parmi toutes les catégories (72 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos