L’association Eco Entretien veut donner un cadre aux professionnels

Publié le par

L’association Eco Entretien veut donner un cadre aux professionnels

La loi relative à la transition énergétique et ses conséquences en matière de durcissement du contrôle technique pourrait favoriser le développement d’un marché encore balbutiant : le niveau de pollution des moteurs. L’analyse des 5 gaz déjà pratiquée pour les moteurs à essence concernera les diesel à partir de janvier 2019. Actuellement, les textes ne prévoient pas de contre-visite sur ce point spécifique mais cette position pourrait évoluer d’ici 2019. En effet, la qualité de l’air est un enjeu de santé publique et un enjeu politique.

Pour préparer la remise en conformité des véhicules polluants et favoriser un contrôle préventif régulier, la Feda a lancé depuis quelques années le concept d’éco entretien. Aujourd’hui, la naissance de l’Association Eco Entretien (AEE) doit permettre de fédérer les professionnels autour d’une charte de qualité. Cette dernière fixe un protocole qui a valeur de référentiel de labellisation après avoir reçu l’aval d’Ecocert. L’association de type loi 1901 est ouverte à toutes les organisations professionnelles de l’automobile et à tous les réseaux, dont les réseaux constructeurs. Pour son lancement, l’AEE compte parmi ses signataires trois syndicats : la Feda (fédération des syndicats de la distribution automobile), la FNAA (fédération nationale de l’artisanat automobile) et le SPP (syndicat des professionnels du pneu). Parmi les signataires figurent également des groupements et enseignes comme Alliance Automotive Group, Autodistribution, Autolia Group, Groupe Laurent, First Stop, Mobivia Groupe, Speedy et Vulco.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos