L’e-mobilisation

Publié le par

« Les concessionnaires doivent réagir en temps réel aux sollicitations du e-commerce… »

De l’immobilisation à l’e-mobilisation… Les constructeurs, comme les distributeurs de marques sont en train de passer à la phase active de leur engagement dans le domaine du e-commerce. Aujourd’hui, les consommateurs qui veulent s’acheter une voiture neuve, qui souhaitent réaliser son entretien ainsi que son équipement, sont de plus en plus nombreux à se connecter sur la Toile. Histoire de configurer le véhicule de leur choix, puis pour échanger avec les concessionnaires. Ces derniers ont d’ailleurs vocation à réagir en temps réel aux sollicitations des clients, sous peine de perdre le contact et l’affaire qu’ils
auraient pu concrétiser en allumant un ordinateur. En outre, le Web est un canal par lequel passe désormais une part essentielle des ventes de modèles d’occasion qu’entendent s’offrir les particuliers… Alors même que la dynamique des opérateurs des réseaux des firmes automobiles est en retard sur ce front ! En effet, 70 % des transactions de VO s’opèrent dans l’Hexagone entre
personnes privées…

Dans un secteur où les immatriculations annuelles VN patinent sous la barre des 2 millions d’unités, à l’heure où les activités d’après-vente refluent, en mettant en danger l’équilibre financier des concessions, les acteurs du monde auto ne pouvaient « que » saisir l’opportunité du commerce électronique. Sous peine de
ne pas accélérer au rythme de l’évolution effective du comportement de ceux qui les font vivre. Tout simplement. De l’immobilisation à l’e-mobilisation…

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos