L’explorateur U5 avale les kilomètres en direction de Francfort

Publié le par

L’U5 sera commercialisé en Europe en avril 2020. Aiways sera le premier constructeur chinois à commercialiser des SUV électriques en Europe.

L'explorateur U5 avale les kilomètres en direction de Francfort

Depuis le salon de Genève en mars dernier, l’U5 a parcouru bien du chemin. Et c’est tout sauf un euphémisme. Le 17 juillet dernier, le constructeur chinois a lancé sur les routes deux prototypes de son SUV électrique. Objectif : relier l’Asie à l’Europe, soit 14 000 kilomètres en deux mois. Depuis leur départ de Xi’an, en Chine, les deux véhicules ont parcouru plus de 7 000 kilomètres à travers la Chine et le Kazakhstan. Après un mois de voyage, le convoi a atteint la ville de Kazan, en Russie. Leur arrivée à Francfort, dernière étape de leur périple devrait – s’il n’y a pas d’embûche en route – coïncider avec l’ouverture des portes du salon de l’automobile IAA 2019 qui se déroulera du 12 au 22 septembre 2019.

Cette traversée fait partie intégrante du programme d’essais mis en place par le constructeur Aiways visant à tester la facilité et l’aisance d’utilisation de l’U5. En le sollicitant sur des routes « soit inachevées soit en piteux état », le constructeur chinois veut montrer la robustesse de son modèle pour en faire « un véhicule familial abordable, connecté et zéro émission ». Ce parcours inédit est également un excellent moyen de faire la promotion de l’U5 avant son lancement en Europe, prévu en avril 2020.

S’adapter en toutes circonstances

Sur leur chemin, les deux prototypes ont été soumis à des températures dépassant parfois les 35 degrés. Une mise en situation réelle qui permet de vérifier l’efficacité des systèmes de gestion de chaleur du bloc batterie. Dans certaines zones géographiques, ils ont également dû faire face à une infrastructure de recharge de véhicules électriques quasi-inexistante. Ainsi, les équipes d’Aiways ont pu utiliser l’alimentation électrique des hôtels et des stations-service pour recharge les batteries, et ce même dans les régions les plus reculées.

« Les conditions de conduite rencontrées à travers le Kazakhstan ont été difficiles, mais pas insurmontables, et nous utilisons les résultats de ce voyage pour améliorer la convivialité, les performances et la fiabilité de l’U5 avant sa mise en vente », développe Winter Wang, responsable technique d’Aiways. « Tout cela fait partie d’un programme rigoureux visant à créer une voiture qui convient aux acheteurs de tous horizons », complète Alexander Klose, vice-président exécutif des opérations internationales d’Aiways. Bien entendu, les futurs acquéreurs de l’U5 ne seront probablement jamais confrontés à des conditions de conduite similaires.

Par ailleurs, les ingénieurs participant au voyage sont en contact quotidien avec une seconde équipe restée à Shanghai. Le partage des données et des informations de diagnostic signifie que le logiciel de chaque prototype peut être testé et amélioré en temps réel. Les données collectées durant le parcours permettent aux ingénieurs de valider la consommation d’énergie, les capacités de charge et de charge rapide ou encore les performances du véhicule en situation de batteries faibles, et ce dans des conditions variables (conditions météorologiques, circulations urbaines ou montagneuses, etc.).

Objectif Europe

Après la Russie, le convoi prévoit de rejoindre le Vieux Continent par la Finlande. Avant de passer les frontières allemandes, des escales sont prévues en Suède, en Norvège et au Danemark. Une fois en Europe occidentale, les véhicules passeront également par Amsterdam, Paris et Zurich, avant une étape finale à travers les Alpes pour leur retour en Allemagne. Le voyage s’achèvera ainsi à Francfort au cours de la première semaine de septembre, peu de temps avant l’ouverture de l’IAA.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos