L’hydrogène, le vecteur d’énergie incontournable

Publié le par

L’hydrogène, le vecteur d’énergie incontournable

Le secteur automobile s’adapte constamment aux nouvelles sources d’énergies qui répondent à la volonté de l’Europe de réduire ces émissions de CO2 et d’autres polluants. Un nouveau vecteur : l’hydrogène (H2) est une des solutions. Des constructeurs et des équipementiers misent déjà sur cette énergie qui présente de nombreux avantages (production à partir d’énergies renouvelables, stockage et transformation plus avantageux, cercle d’utilisation vertueux).

Dans le futur, les véhicules fonctionnant à l’H2 vont émettre de l’eau grâce aux piles à combustibles qui transforment cette énergie en électricité. En effet, ces piles vont remplacer les batteries actuelles des véhicules électriques et leur apporter gain en poids et en autonomie. Ces bénéfices impliquent de nouveaux processus d’intervention mais aussi de nouveaux risques à prévenir. L’hydrogène a une propension plus importante à fuir, le risque d’inflammation est plus élevé et il peut être la cause de la fragilisation de certains matériaux métalliques. Les professionnels de l’automobile, quel que soit leur niveau d’intervention, doivent s’adapter et se préparer à l’utilisation quotidienne de l’H2.

Le GNFA, expert en VE/VH depuis plus de 25 ans, s’est investi sur le sujet et a mis en place des formations sur mesure.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos