LG Automobiles compte dupliquer son « centre de vie premium » à Toulouse

Publié le par

Ludovic Garcia a développé à Perpignan un projet inédit où cohabitent des commerces autour d’une concession premium. Un concept inspiré des États-Unis et revisité à la française.

LG Automobiles compte dupliquer son « centre de vie premium » à Toulouse

Il y a des rencontres qui marquent par leur authenticité et leur simplicité. Ludovic Garcia en est l’une d’elles. À 54 ans, ce chef d’entreprise a parcouru du chemin pour se placer parmi les plus importants groupes de distribution dans l’Hexagone. Fils d’un gérant de station-service Total, il a appris les rouages du monde de l’automobile à ses côtés. D’abord pompiste, il a fait peu à peu ses armes dans la vente de véhicules d’occasion. Sur le tas, sans formation particulière, grâce à son audace, il est devenu concessionnaire Chrysler à Perpignan, à 24 ans seulement. L’année 2000 marque le début d’un nouveau chapitre avec la distribution des marques Mercedes-Benz et Smart. Une aventure pérenne puisque le groupe compte à l’heure actuelle douze concessions, avec le renfort de Jeep, (VP, VUL, VI) reparties sur les régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Sans oublier le point de vente Yamaha qui représente un quart des ventes à Perpignan, soit 600 cylindrées VN/VO par an.

Un « centre de vie premium » à Perpignan

Si Ludovic Garcia a monté son affaire avec une seule employée, sa persévérance lui permet aujourd’hui de diriger une équipe de 400 collaborateurs et de totaliser un chiffre d’affaires annuel de 230 millions d’euros. En novembre 2017, le concessionnaire a voulu casser les codes de la concession traditionnelle en créant un «  centre de vie premium  ». «  Le projet est né dans ma tête il y a huit ans, mais il a d’abord fallu trouver le terrain de 4 hectares, explique le président du groupe. Je me suis inspiré des malls (centres commerciaux) aux États-Unis pour développer mon concept  ». Le bâtiment à la structure arrondie s’étend sur une superficie de 11 000 m2. Dès l’entrée, deux hôtesses trilingues accueillent les visiteurs : sur la droite se situe la concession Mercedes-Benz et Smart de 3 000 m2, où la réception des véhicules se réalise avec des gants blancs dans un hall «  qui se veut digne d’un palace  », tandis qu’à gauche sont érigés sept commerces parmi lesquels le restaurant «  Le Passio Vella  », la salle de sport «  L’atelier Core  », une micro-crèche nommée «  L’atelier des bouts de choux  », Axa Banque, un cuisiniste, le salon de coiffure d’Olivier et l’enseigne hi-fi Bose. Enfin, un studio de beauté prendra possession du dernier local vacant au cours du premier semestre 2019. «  Nous avons reçu énormément de demandes, confie Ludovic Garcia. Nous les avons triées et sélectionnées en fonction de la personnalité des gérants, de l’historique de leur enseigne, et du sérieux de leur travail. Toutes les activités sont différentes et complémentaires. Il n’y a aucune concurrence entre ces établissements. Mes vendeurs vont se faire coiffer chez Olivier. C’est vraiment un échange de bons procédés, quelque chose de sain. Et puis nous pouvons créer des animations communes, ainsi les clients de l’un deviennent les clients de l’autre. Sur l’entrée principale, nous observons un flux supplémentaire de 20 % environ  ». Coût total de l’investissement : 11 millions d’euros. D’ici à trois ans, Ludovic Garcia envisage d’ouvrir le même concept à Toulouse «  mais encore plus grand  ».

Proposer de nouveaux services

Après une fin d’année 2018 ternie par les manifestations des gilets jaunes - notamment à Béziers (34) où la concession est restée fermée durant trois semaines - l’année débute sur les chapeaux de roues pour LG Automobiles. Conscient de l’importance de la relation clients, Ludovic Garcia veut mettre l’accent sur de nouveaux services, à l’instar des «  deux R  » : les clients qui mangeront au restaurant de la concession pendant que leur véhicule sera en révision pourront bénéficier, par exemple, d’un
dessert offert par le distributeur (en fonction du montant de la facture). Un geste commercial pour fidéliser sa clientèle et lui permettre de gagner du temps.

Et c’est justement pour surfer sur ces deux aspects que le dirigeant Perpignanais va lancer sur les routes le mois prochain, un camion atelier qui effectuera les réparations directement chez le client ou sur son lieu de travail. Un système de jockeys assurant la liaison entre le domicile et l’atelier renforcera également ce dispositif. «  Je ne veux plus que le temps soit un problème  », précise-t-il. Par ailleurs, ce dernier prévoit également de créer un call center - aujourd’hui sous-traité - où seront employées huit personnes en situation de handicap moteur. «  C’est important de donner un coup de main à des personnes qui ont eu un accident de vie mais qui sont motivées pour repartir dans la vie professionnelle  », encourage Ludovic Garcia pour lequel la dimension humaine prime sur toute autre valeur au sein de son entreprise. Chaque année depuis quinze ans, plusieurs clients et salariés l’accompagnent au Maroc pour mener des raids humanitaires au cours desquels ils distribuent médicaments, lunettes et vêtements aux enfants. «  Le but n’est pas d’en parler, mais d’agir. Cela permet de créer une cohésion d’équipe et de récompenser les collaborateurs les plus méritants. J’ai démarré en 1989 sans un franc en poche, donc je sais ce que c’est de rien avoir  ».

Quand l’ambition dépasse les frontières

Accro au constructeur à l’étoile, Ludovic Garcia n’envisage pas de représenter une autre marque. En revanche, il aimerait étendre son réseau Mercedes-Benz dans le Sud-Ouest, et à l’étranger, si l’occasion se présentait. Candidat pour reprendre une affaire à Bruxelles il y a deux ans, l’opération n’a pas été concluante. Si l’opérateur privilégie un pays francophone tels que la Belgique ou la Suisse, il n’exclut pas pour autant l’Espagne, géographiquement proche, et dont il maîtrise la langue. «  Intellectuellement, cela peut être intéressant de voir comment cela fonctionne dans un autre pays et de s’imprégner de leurs méthodes pour les appliquer ici  ». Pour Ludovic Garcia l’ambition n’a pas de frontières.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos