La FNA réclame le maintien de l’ouverture des espaces de vente

Publié le par

Fortement impactés par le premier confinement, les acteurs de la filière automobile n’ont toujours pas réussi à combler le déficit économique laissé par les deux mois d’interruption d’activité. Ce nouveau confinement sonne comme un coup de massue pour de nombreuses entreprises du secteur.

© groupe Amplitude
© groupe Amplitude

Suite à l’annonce du président de la République ordonnant la mise en place d’un confinement national à partir du 30 octobre et ce jusqu’au 1er décembre prochain (au minimum), les activités considérées comme non essentielles, ainsi que les établissements recevant du public seront fermées administrativement. Dans la matinée, la Fédération nationale des artisans de l’automobile (FNA) est montée au créneau : « La FNA est déjà en action ».

À l’instar du premier confinement, la FNA entend maintenir son rôle d’informateur et d’accompagnant auprès de l’ensemble des professionnels du secteur quant au cadre juridique prochainement officialisé par le gouvernement. La FNA demande ainsi le maintient de l’ouverture des espaces de vente pour les véhicules, des leçons de conduite des auto-écoles, ainsi que les formations afférentes aux métiers de l’automobile. « Cette deuxième vague ne doit pas sonner le glas des entreprises de proximité. Nos interventions actuelles portent sur tous les sujets prioritaires : activité partielle, exonérations de charges, trésorerie des entreprises, droit des sociétés, etc. » pouvait-on lire dans un communiqué. La FNA y promet également un accompagnement par des actions et des outils pratiques adaptés aux entreprises et non seulement des discours.

Par ailleurs, le gouvernement a indiqué que les activités qui étaient autorisées à ouvrir lors du premier confinement le seront également pour cette seconde trêve économique et sanitaire. Ainsi, les centres dédiés à l’entretien et à la réparation des voitures, le commerce d’équipements automobiles, les stations-service ou encore les centres de contrôle technique sont concernés. La fermeture des concessions automobiles en mars dernier avait entrainé une baisse de 72 % des immatriculations des voitures neuves en France.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos