La Grande-Bretagne interdit la vente de véhicules thermiques à partir de 2030

Publié le par

La transformation énergétique et l’environnement sont insensibles à la crise sanitaire. Londres le prouve en avançant de dix ans la fin de la commercialisation des véhicules thermiques sur son territoire.

© Pixabay
© Pixabay

Lors de la présentation de son plan en dix points pour une révolution industrielle verte visant la création de 250 000 emplois, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé la fin de la commercialisation des voitures particulières thermiques à partir de l’année 2030, soit dix ans avant l’objectif initial. Les motorisations hybrides pour les voitures particulières et les VUL seront autorisées jusqu’en 2035.

Une forte rupture avec le thermique en Europe

Cette nouvelle ambition place le Royaume-Uni devant la France et l’Espagne, qui ont fixé leur transition autour de 2040. Le seul pays ayant un objectif plus ambitieux est la Norvège, qui a prévu une interdiction similaire pour les véhicules thermiques en 2025.

Il est encore difficile de mesurer l’impact de cette décision. Selon la base de données Comtrade des Nations unies, 7,6 % des exportations françaises de voitures sont à destination du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni représentant également une part importante des exportations de pays comme l’Allemagne (12,6 %), la Belgique (20,4 %), l’Espagne (11 %) et la France (7,6 %).

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos