La Guerre des Métaux rares

Publié le par

Jean-Marie Julien
Jean-Marie Julien

En avril 2016, je vous ai proposé la lecture de deux contrepoints, « La Voiture TOUT ÉLECTRIQUE », en premier, puis « LITHIUM ou HYDROGÈNE, voilà la question », en second. Ils avaient pour objet de vous sensibiliser aux risques écologiques du « tout électrique », puis de vous montrer l’intérêt économique et écologique de la pile à combustible.

Je viens de lire un livre remarquable d’intérêt écrit par Guillaume Pitron, « La guerre des métaux rares », sorti en janvier 2018.

Malheureusement, il conforte mes inquiétudes. Mais plus important, il montre que la transition énergétique, le chemin vers le tout numérique, les mutations écologiques actuellement en cours, chevaux de bataille de « rêveurs » assis sur des montures qui ne savent pas où elles vont et ignorent les obstacles et problèmes nouveaux que leur idéologie va nous faire rencontrer s’ils sont suivis, déboucheront sur des catastrophes environnementales bien plus dangereuses que les énergies fossiles ou nucléaires.

JPEG - 34.4 ko
Je ne me permettrai pas d’aller dans la description des dires de cet ouvrage pour deux raisons. La première, je ne veux pas plagier. La deuxième, si ce message vous interpelle, je dois vous laisser le plaisir de découvrir et lire cet ouvrage d’un intérêt incontestable. Il pose des questions, comme un savant le fait, et ne prétend pas avoir de solutions toutes faites.

En effet, l’écrivain, sans faire l’apologie des sources d’énergies actuelles, présente les dépendances aux métaux rares et terres rare, auxquelles il sera impossible d’échapper. Pourquoi, parce-que tous ces matériaux sont nécessaires à la mise en œuvre des technologies nouvelles, mise en œuvre qui se dit écologique.

Cette dépendance présentera au moins deux aspects, un géopolitique à cause de la rareté de tous ces matériaux, un autre, écologique, lié à la difficulté de leur extraction et élaboration puis de leur traitement après utilisation.

J’espère qu’il ouvrira les yeux, voire les oreilles, de toutes ces personnes qui autour de nous parlent et proposent des recettes traitant les soucis réels que nous vivons sans analyse profonde du comment, de ses conséquences et le moindre début de validation d’un écosystème complet.

Cette approche ultra-volontariste a le mérite de ne pas retarder « le progrès », mais ne peut-on pas procéder différemment afin de limiter les dangers qu’elle créée ? Bertrand Piccard, une personnalité dont vous connaissez certainement le nom, suisse, petit-fils et fils des explorateurs Auguste et Jacques, son grand-père et père, est un écologiste convaincu et agissant. J’ai retenu de lui ce propos :


« Ne détruisez rien de ce qui existe et nous fait vivre sans avoir trouvé, validé et mis au point la solution de remplacement »
.

Il m’aurait bien convenu comme « Ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire », mais il est de nationalité helvétique.

Pourquoi ?
Parce que son approche scientifique mais pragmatique de tout ce qui touche à l’équilibre des systèmes régissant notre vie sur terre aujourd’hui et demain est ce qu’il convient de faire, en France, bien sûr, mais partout sur terre et de façon coordonnée.

Je souhaite que ce contrepoint vous incite à lire ce livre très bien construit et fort bien documenté. Loin de céder au pessimisme, l’auteur fait réfléchir aux risques que l’emballement technologique fait courir.

L’approche de Bertrand Piccard n’est-elle pas une solution pour minimiser, voire maîtriser ces dangers.

Jean Marie Julien

Membre de l’association TEAM Auto

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos