La filière automobile européenne appelle à un plan de relance automobile coordonné entre les Etats membres de l’Union

Publié le par

© europa
© europa

Dans un courrier daté du 16 juin 2020 et adressé aux dirigeants de l’Union européenne, les trois principales associations de la filière automobile : ACEA, CECRA et CLEPA appellent à la mise en place en urgence d’un plan de relance coordonné au niveau européen.

"Nous souhaitons attirer votre attention sur le besoin urgent d’un soutien politique - tant au niveau de l’UE que des États membres - afin d’atténuer les effets de la crise économique majeure sur notre secteur", écrivent les trois associations dans ce courrier adressé aux représentants des Etats de l’Union européenne.

Pour rappel, la crise sanitaire Covid-19 a entraîné des pertes de production de plus de 2,4 millions de véhicules à moteur jusqu’à présent et a eu un impact sur les emplois de 1,1 million d’employés. Presque toutes les entreprises du secteur des fournisseurs prévoient une perte de revenus de 20% ou plus cette année, tandis que plus de la moitié prévoient des résultats négatifs. Cela aura également un effet d’entraînement sur les recettes fiscales et TVA dans tous les États membres. La plupart des entreprises ne prévoyant pas sortir de la crise avant 2022, la reprise prendra clairement du temps.
La plupart des concessionnaires européens ont également été fermés pendant plusieurs semaines, ce qui a entraîné un effondrement des ventes à des niveaux historiquement bas dans tous les segments de véhicules. Les établissements dans les pays les plus touchés par les mesures de verrouillage ont également vu leur activité diminuer jusqu’à 85%.

"Le secteur réclame activement des programmes coordonnés de stimulation de la demande à l’échelle de l’UE pour tous les types et catégories de véhicules", ajoutent les trois associations. "Il convient de noter qu’un tel soutien relèvera l’ensemble de l’économie, notamment dans les pays les plus durement touchés par la crise, compte tenu des chaînes d’approvisionnement complexes organisées par les fournisseurs, les fabricants et les concessionnaires à travers l’UE".

Insuffisance des infrastructures de recharge

La filière interpelle également les Etats membres au niveau du déploiement annoncé des infrastructures de recharge des véhicules électriques.

"En ce qui concerne la transition vers une mobilité à émissions faibles et nulles, le secteur se félicite de la référence au déploiement des infrastructures de recharge et de ravitaillement dans le plan de soutien européen, car il s’agit d’une condition préalable au "verdissement" du parc automobile européen. Nous tenons cependant à souligner que le million de stations mentionnées dans le plan faisaient déjà partie du Green Deal et sont bien en deçà de ce qui sera nécessaire".

Pour rappel, la filière automobile européenne représente un poids économique important avec un total de 13,8 millions de salariés.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos