La formation à distance accélère la diversification des activités de distribution

Publié le par

La formation à distance accélère la diversification des activités de distribution

Le décalage entre les compétences des candidats disponibles sur le marché et le besoin réel des entreprises sur le terrain reste une réalité. La digitalisation des fonctions et les nouveaux métiers qu’elle va engendrer accélère les besoins en formation de tous. Les dirigeants d’entreprises envisagent leurs diversifications pour répondre aux nouveaux besoins des clients mais pensent à court terme manquer de « bras » pour les mettre en œuvre. Selon la plus part le rêve serait une offre de formation en juste-à-temps, en juste-assez, avec un souci d’individualisation maximum et une mesure instantanée d’efficacité qui permettrait à un collaborateur de répondre sans crainte « pas encore » au lieu d’un timide « non » à une question du type « savez-vous faire telle ou telle opération technique ? »

Le digital amène d’immense possibilités de modernisation pour la formation. En quelques années le Digital Learning s’est imposé comme un levier de la réorientation des modalités de formation, mais aussi des façons de piloter, d’organiser, de mesurer et de penser la formation elle-même. Certains pourront dire que beaucoup de concepts traduisent davantage une différence dans l’approche marketing mais certaines de ces nouvelles approches ont su régénérer l’offre statique des années 2010. MOOC, mobile-learning, micro-learning, social-learning, réalité virtuelle et leurs applications font encore trembler les murs de la salle de cours. Le digital bouleverse les stratégies de formation, modifie les métiers de la sphère pédagogique et décloisonne toujours un peu plus les bases de données de documentation pour aboutir à une formation fluide et plus protéiforme. La formation est l’un des principaux leviers de la transformation digitale des organisations et ce d’autant plus si elle sait se mettre au service d’un apprenant dont les attentes se transforment par ses propres pratiques numériques quotidiennes. Les approches financières de ces dispositifs sont aussi en train d’évoluer. Il sera nécessaire de raisonner plus en termes d’investissement sur la base de nouveaux modèles économiques et d’intégrer la dimension de service par un accompagnement nécessaire à la réussite des initiatives. Les responsables de formation devront choisir ce qui peut être internalisé et ce qui doit être sous-traité, sourcer les acteurs du marché, les évaluer, comprendre les outils, leurs apports, leurs contraintes et leur pérennité et distinguer l’effet de mode du changement profond.

Les technologies digitales nous poussent à nous interroger sur la façon dont nous apprenons le mieux certains savoirs seul ou avec les autres. De nouvelles études décrivent comment notre cerveau apprend et amènent à revoir les pratiques pédagogiques. La pédagogie sociale, collaborative, les communautés apprenantes font évoluer les perceptions au travers des réseaux sociaux, de l’apprentissage entre pairs ou encore de la construction collaborative des savoirs. Les responsables de formation devront aussi évaluer les différentes approches, éprouver les concepts, les tester et décider s’ils sont adaptés à leurs organisations ou plutôt comment leurs organisations vont devoir se transformer pour se les approprier avec succès. Car il ne s’agit plus seulement de faire « numérique » par simple effet de mode mais de viser une efficacité accrue au service du nouvel apprenant pour l’armer au service du client final.

La transformation digitale de nos modes de formation accélèrera l’interconnexion de la formation et des technologies et réciproquement.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos