La norme WLTP et le diesel bashing plombent le salon de Genève

Publié le par

La norme WLTP et le diesel bashing plombent le salon de Genève

Tous les ans, quelques jours avant le printemps, le salon de Genève ouvre la saison automobile avec son lot de nouveautés et d’optimisme pour le reste de l’année. L’ensemble des constructeurs y emmagasine toute l’énergie de la communication nécessaire pour traduire leurs ambitions commerciales respectives.

En apparence tout va bien, mais en apparence seulement. Cette édition 2018 embarque sa part de nouveautés, son contingent de voitures sportives et de luxe, son ensemble d’innovations, ses 110 premières mondiales, ses multiples SUV devenus le cœur du marché sans oublier l’électrification des modèles et les services de nouvelle mobilité. Mais derrière les apparences, c’est l’inquiétude et l’incertitude qui l’emporte dans les travées des deux principaux halls de Genève.

La machine des constructeurs est grippée, voire complètement plombée par un ensemble de politiques environnementales européennes qui dicte sa loi aux constructeurs et les obligent à s’adapter. Il est déjà loin ce temps où les firmes automobiles décidaient seules de leurs propres innovations. Deux gros nuages planaient au-dessus de la ville suisse : la nouvelle norme WLTP d’homologation des véhicules dont la mise en place à partir de janvier 2019 crée à elle seule une immense incertitude sur le secteur. L’autre nuage qui assombrit l’automobile depuis deux ans est bien évidemment le diesel bashing. Chaque annonce de prochaine restriction des véhicules diesel en ville ou l’interdiction totale ça et là renforce encore un peu plus une peur irrationnelle de voir les valeurs de revente des véhicules diesel dégringoler du jour au lendemain.

Les lobbies automobiles ont toujours eu un poids important sur les pouvoirs publics. Le rapport de force s’est complètement inversé. Et ce sont bien les différents gouvernements européens qui dictent les R&D des constructeurs aujourd’hui. Pour preuve : cette course effrénée et irrationnelle à l’électrique alors que les bornes de recharge sont encore
pratiquement inexistantes.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos