La lente agonie des salons automobiles grand public

Publié le par

La lente agonie des salons automobiles grand public

Malgré 200 premières mondiales et une volonté des organisateurs de se renouveler, le salon automobile de Francfort (IAA), qui s’est tenu du 14 au 24 septembre, a enregistré une baisse de fréquentation de 13 %.

À peine devant Genève...

La baisse de fréquentation des salons automobiles grand public n’est pas une nouveauté en soi. Amorcée depuis deux ans, ces grandes manifestations automobiles subissent de plein fouet la concurrence des nouvelles technologies et de la digitalisation des habitudes des consommateurs. Avec 810 000 visiteurs, le salon de Francfort fait à peine mieux que celui Genève en 2017, pourtant dix fois plus petit en termes de surface d’exposition.

Comme le salon de Paris l’an passé, qui n’avait attiré que 1,07 million de visiteurs, Francfort a également dû faire face à la défection d’au moins une dizaine de constructeurs dont Peugeot, Nissan, Volvo ou encore Fiat.

Quel modèle pour l’avenir ?

Pour ces deux grands salons européens, il est désormais nécessaire de se réinventer et de proposer certainement des expositions de véhicules en phase avec le monde digital. La prochaine édition du Mondial de l’automobile en 2018 sera à coup sûr une étape importante dans cette reconquête.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos