La petite musique du malus au poids se fait de nouveau entendre

Publié le par

© gouv.
© gouv.

La nomination, lundi dernier, de la nouvelle ministre de la Transition écologique Barbara Pompili est déjà un premier signal important du retour de la politique anti-voitures et d’un possible nouveau tour de vis dans le malus automobile. Rappelons que Barbara Pompili avait milité lors du dernier Projet de loi de finances 2020 pour l’adaptation d’un amendement introduisant le malus en fonction du poids des véhicules, amendement qui avait été finalement rejeté par le gouvernement.

L’audition, cette semaine, de France Stratégie à l’Assemblée nationale sur les modalités de la relance post-crise est une nouvelle alerte... Rappelons que France Stratégie est une institution autonome placée auprès du Premier ministre. Elle contribue à l’action publique par ses analyses et ses propositions.

Le Commissaire général de France Stratégie, Gilles de Margerie, a été auditionné par la Commission du Développement Durable de l’Assemblée nationale sur les modalités de la relance post-crise. Il a rappelé à cette occasion que la transition écologique l’axe n°1 de ses travaux pour préparer l’après-crise.

Malus au poids : le retour

S’agissant du volet dédié aux Transports :

- L’institution propose d’introduire une composante poids dans le malus automobile lors de l’achat de véhicules neufs. Les "gros" véhicules électriques devraient également être soumis à ce malus-poids, selon le Commissaire général. En effet, il estime que les batteries électriques sont caractérisées par un poids plus élevé, ainsi que par une production très polluante (extraction des matériaux, recyclage...). Pour Gilles de Mergerie, "ce n’est pas parce qu’une voiture est électrique qu’elle doit passer à travers les mailles du filet", et "quand vous avez un tank électrique de 2,5 tonnes, il y a là-dedans beaucoup de batteries qui méritent un peu d’attention."

Pour mémoire, cette proposition a déjà été au cœur des débats parlementaires lors du dernier PLF, et figure parmi les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. "Il faut donc s’attendre à ce que le sujet revienne lors des prochains débats sur le PLF 2021, avec une plus forte mobilisation des parlementaires et un réel risque de voir cette proposition aboutir", explique le CNPA qui va se mobiliser encore une fois pour défendre les intérêts de la filière aval de l’automobile.

France Stratégie souhaite également accélérer le déploiement du véhicule électrique :
L’organisation souligne la nécessité d’incitations financières directes fortes et maintenues dans la durée. Elle propose d’instaurer des avantages indirects destinés aux véhicules électriques : stationnement gratuit, péages gratuits, voies réservées. Et d’imposer aux constructeurs des quotas de vente de véhicules électriques.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos