La survie de Hertz suscite des convoitises

Publié le par

Placé sous la loi de protection des faillites américaine, Hertz a publié des résultats 2020 calamiteux et travaille à un plan de restructuration financière qui pourrait le voir passer sous le pavillon des fonds Knighthead et Certares. Mais une offre concurrente est aussi sur la table.

© Hertz
© Hertz

Dans le cadre du fameux Chapter Eleven, Hertz Global Holding a proposé un nouveau plan de réorganisation financière aux autorités du district du Delaware.
Le plan envisage que les fonds d’investissements Knighthead Capital Management, LLC et Certares Opportunities, LLC, investissent 4,2 milliards de dollars pour racheter le stock d’actions commun de Hertz. Le montage, s’il est approuvé, prévoit un autre financement de 1 milliard de dollars et une ligne de crédit revolving de 1,5 milliard de dollar, ainsi qu’un dispositif de sécurisation financière de la flotte de véhicules de Hertz aux États-Unis. Dès lors, une sortie de la loi de protection des faillites pourrait intervenir au cours de l’été 2021.

Une offre officielle

Selon les dirigeants de Hertz, cela permettrait au groupe de repartir sur une base de capital saine, tout en réduisant la dette corporate et en en améliorant la structure. De quoi envisager une reprise opérationnelle plus aisée, même si le groupe a d’ores et déjà annoncé un plan social d’une envergure historique (10 000 suppressions d’emplois).

« Nous sommes impatients d’atteindre ce jalon décisif de notre process de restructuration », lance Paul Stone, président-directeur général de Hertz. Et de poursuivre : « Cela nous permettrait d’accélérer le rythme de notre restructuration pour sortir du Chapter 11 cet été. Dans ce cas de figure, nous bénéficierions de la confiance de nos investisseurs, mais aussi de leur expérience dans les domaines des voyages et des loisirs ».

Une offre alternative

Cependant, selon Bloomberg, une autre hypothèse est sur la table, car un pool d’investisseurs, comprenant notamment Alliance Bernstein, Bank of America, Invesco ou encore JPMorgan Asset Management, propose une réorganisation alternative de Hertz, selon un montage qui rendrait la société publique. Le bras de fer se joue autour de la valorisation de Hertz, que le pool juge insuffisante dans l’offre de Knighthead et Certares.

Toujours est-il qu’il y a urgence, car au titre de l’exercice 2020, Hertz a réalisé un chiffre d’affaires de 5,2 milliards de dollars (contre 9,8 en 2019), pour une perte nette part du groupe de 1,7 milliard de dollars et un Ebitda négatif de 995 millions de dollars. Et les liquidités sont chiches, 1,1 milliard de dollars à fin 2020. La flotte de véhicules a été réduite de près de 200 000 unités et le taux d’utilisation a dramatiquement chuté à 54 %.

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos