Le CNPA obtient l’intégration des loueurs de courte durée dans la liste S1 du plan d’aide au tourisme

Publié le par

Après de longues semaines de discussions avec le gouvernement, les loueurs de courte durée figurent désormais dans la liste S1 du plan d’aide au tourisme. Un soulagement pour un secteur durement touché par la crise sanitaire.

© Europcar
© Europcar

Le gouvernement l’a confirmé le 8 octobre dernier : les loueurs de courte durée intègrent la liste S1 des entreprises les plus affectées par la crise sanitaire. Les loueurs peuvent désormais bénéficier pleinement des mesures de soutien renforcées pour passer le cap de la crise.

Les professionnels du secteur via la branche métier de la mobilité partagée, avaient manifesté leur incompréhension d’être exclus de cette liste en juin dernier. Dans un communiqué, le CNPA « se félicite que le gouvernement ait pris en compte la situation fortement dégradée des loueurs de courte durée en les intégrant à la liste S1 du plan d’aide au tourisme. Ce soutien renforcé permettra de sauvegarder un tissu d’entreprises de proximité, vital à l’écosystème des mobilités et du tourisme en France, et qui continue de subir les conséquences économiques de la crise sanitaire ».

Chute des réservations entre - 49 et 95 %

Les loueurs de courte durée, qui sont à la croisée des secteurs du transport et du tourisme, ont en effet subi de plein fouet la crise sanitaire et ses conséquences économiques (perte de 60 % du chiffre d’affaires depuis le début de la crise sanitaire et coûts fixes très importants – stockage, assurance, loyers des commerces et des parkings, redevances aéroportuaires, etc.). Les professionnels ont ainsi observé un taux de réservation en chute de 95 % (calculée sur la base N-1) lors du pic de la crise (étude Dataneo réalisée pour le CNPA). Aujourd’hui, ce taux est toujours négatif (- 49 %) malgré le déconfinement. La situation demeure donc très fragile.

Une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 euros

Concrètement, les loueurs de courte durée pourront bénéficier de la prise en charge de l’activité partielle à 100 % jusqu’au 31 décembre 2020, quelle que soit la taille de l’entreprise et sans condition de pertes de chiffre d’affaires. Les PME de moins de 250 salariés pourront également bénéficier d’exonération de cotisations patronales pour la période d’emploi de février à mai, sans condition de perte de chiffre d’affaires. Enfin, les loueurs de courte durée pourront bénéficier du Fonds de solidarité jusqu’au 31 décembre 2020, avec une aide pouvant aller jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises qui justifient d’une perte de chiffre d’affaires supérieure à 70 %.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos