Le CNPA plaide pour le diesel et une fiscalité stable

Publié le par

Le CNPA vient d’adresser un courrier au Premier ministre dans la perspective du Comité stratégique de la filière automobile, qui se déroulera le 12 juillet. L’organisation rappelle les propositions de la branche des services de l’automobile et son importance dans les nombreuses évolutions qui touchent la mobilité.

Le CNPA plaide pour le diesel et une fiscalité stable

Francis Bartholomé, président du CNPA, vient d’adresser une lettre au Premier ministre, à deux jours du Comité stratégique de la filière automobile (CSF). L’organisation professionnelle souligne plusieurs points importants pour les professionnels des services de l’automobile. Le CNPA met notamment en garde contre les conséquences de pénalités financières importantes adressées aux constructeurs en cas de non-respect des objectifs CO2. Des pénalités « qui grèveront notre compétitivité collective tout en se répercutant sur tous les échelons de la filière avec des conséquences économiques et sociales potentiellement graves », indique le président du CNPA. L’organisation professionnelle demande également le respect du principe de neutralité technologique et énergétique, ce qui se traduit par un maintien du diesel parmi les solutions de réductions de CO2. Pour conforter ce rôle, le CNPA souhaite définir lors du CSF le cahier des charges de l’étude scientifique qui sera chargée de mesurer les émissions des véhicules thermiques en conditions réelles d’utilisation. Une étude qui a pour objectif de « clarifier et d’équilibrer la stratégie sur une base objective, indépendante et donc incontestable ». Le syndicat demande également une prise en compte de la baisse des ventes de véhicules diesel et de ses conséquences en matière de dépréciation des stocks et d’après-vente. Le CNPA plaide également en faveur du maintien de l’éligibilité du diesel et du véhicule d’occasion à la prime à la conversion. Au passage, l’organisation professionnelle en profite pour demander une simplification du bonus et de cette même prime à la conversion, dont les critères d’attribution actuels sont trop complexes.

Feuille de route budgétaire stable

Le CNPA souligne l’importance du bonus/malus et de la TVS dans la structuration du marché des véhicules neufs. Au-delà de sa pérennisation, il demande l’éligibilité des hybrides rechargeables et un mode de financement complémentaire pour ce même bonus comme pour la prime à la conversion. Le syndicat ne manque pas de souligner que 67 % des demandes de prime à la conversion passent par les concessionnaires et que la profession a besoin « d’obtenir des assurances claires à l’occasion du CSF » afin de ne plus souffrir des retards de remboursement.

Initiatives concrètes

Dans son courrier, le CNPA suggère également la création d’un dispositif d’éco-maintenance connecté au contrôle technique, qui « permettrait de concilier les impératifs sanitaires et environnementaux avec les réalités de notre pays ». Une proposition à laquelle s’ajoute une diversification des offres de financement et notamment de la LOA sur les véhicules d’occasion. Enfin, le CNPA met en garde les autorités contre le projet de généraliser les filières REP et les éco-organismes dans les orientations du projet de loi sur l’économie circulaire, « sans en avoir évalué préalablement les risques pour l’équilibre des filières existantes ». Une tendance déjà observée par le passé dans le pneumatique.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos