Le GNCO confiant en ses atouts

Publié le par

Dans le cadre de sa convention annuelle, effectuée en visioconférence, le GNCO a souligné les problèmes rencontrés par le réseau en 2020, tout en remarquant la qualité du dialogue mené avec la marque. Une relation sur laquelle le réseau souhaite s’appuyer pour terminer l’année le mieux possible, tout en profitant de l’arrivée des nouveaux modèles.

© GNCO
© GNCO

Michel Maggi, nouveau président du Groupement national des concessionnaires Opel (GNCO), ne s’attendait pas à une telle année pour ses débuts à la tête du groupement. « Qui aurait pu prévoir ça ? », s’interroge-t-il ainsi en ouverture de cette convention annuelle virtuelle. Pourtant, le dirigeant a fait face, à l’image de tout le réseau Opel et de la distribution automobile en général. « Nous avons déjà vécu des moments difficiles », ajoute-t-il, en soulignant que « tout le monde est reparti après la crise sanitaire, nous nous sommes habitués à cette nouvelle normalité ». Les aides de l’État, de la captive financière du constructeur et de la marque Opel ont permis de surmonter les difficultés. « Des réactions rapides et efficaces » selon le président du groupement. En sortie de confinement, la situation a même évolué au-delà des attentes des distributeurs. « Nous avons engrangé un maximum de commandes en juin et juillet mais nous ne sommes pas dupes. Nous verrons dans l’avenir quelle est la part des achats anticipés », souligne-t-il. La forte fréquentation des ateliers a aussi constitué une belle surprise pour les concessionnaires. Cependant, ces derniers se sont heurtés à des difficultés.

Obstacles en cours de résolution

Le redémarrage dynamique vécu dans l’après-confinement a été chaotique pour les concessionnaires Opel. « Les usines ont redémarré plus tard et plus lentement que prévu. Nous étions incapables de donner une date de livraison aux clients et nous avons subi des annulations. Nous avons eu également des problèmes de logistique pour la livraison des véhicules neufs et des soucis pour les immatriculer lorsque nous les recevions », explique-t-il. En après-vente, les problèmes ont concerné la disponibilité des pièces. « Nous avons eu des délais importants pour des pièces de rechange, ce qui a généré de gros problèmes dans les ateliers, avec parfois des clients excédés qui en venaient aux mains », constate Michel Maggi avec regret. Une situation à laquelle Opel France a réagi « sans aucune langue de bois » apprécie le président du groupement. « Ce dialogue a permis d’améliorer les choses et d’envisager de meilleures perspectives aujourd’hui », précise-t-il.

Des outils pour l’avenir

L’arrivée des Mokka et Crossland est un point positif pour le réseau Opel. Ces deux nouveautés renforcent une gamme raccourcie en 2020. La disparition de plusieurs modèles s’est ajoutée à la crise sanitaire, ce qui génère à fin octobre une perte de 40 % en volumes pour Opel France selon les données du cabinet C-Ways. Ces deux nouveaux véhicules donneront l’occasion au réseau d’améliorer la fidélité de leurs clients et d’en conquérir de nouveaux. Les produits locatifs développés par la captive du constructeur devraient également les aider dans cette opération. Pour compléter ces outils, le GNCO renouvelle sa GNCO Academia, avec une promotion axée sur le poste de vendeur B to B. Michel Maggi a aussi encouragé ses adhérents à recourir au Business Development Center (BDC) mis en place par le groupement avec Midrange et Carvivo pour améliorer la transformation des leads. Le président a également rappelé l’utilité des outils de marketing prédictif C-Predict de C-Ways et AutoWays Studio. Enfin, Michel Maggi a encouragé les distributeurs à participer aux réunions Top, menées par le bureau du groupement et la direction d’Opel France. Un dialogue régulier qui inspire au président du groupement une certaine confiance en l’avenir, renforcée par une confiance en ses adhérents, qui représentent pour la première fois la totalité du réseau Opel.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos