Le Garac expérimente l’enseignement du diagnostic à distance

Publié le par

La période du confinement et la préparation du déconfinement ont appelé les enseignants à redoubler de créativité. Deux professeurs du Garac, avec la complicité de la start-up KG Protech qui est passée par le MooveLab, ont ainsi testé l’enseignement du diagnostic à distance.

© Garac
© Garac

Dernière semaine de confinement total : M. Pedreiro et M. Hauwy, deux professeurs masqués et gantés au milieu d’écrans multimédia dans le dernier atelier rénové du Garac, se sont connectés à la plateforme CNED où les attendait un groupe en terminale Bac Pro maintenance Auto 2. M. Jallet, chef de travaux, les a accompagné pour filmer la séance en direct.

Objectif : réviser les connaissances acquises par le biais d’un diagnostic de panne. Particularité : la boîte à pannes est digitale, une boxe KG Protech, commandable par un smartphone, une tablette ou un PC en utilisant un plateforme internet. Cette boîte à pannes digitale permet de créer des pannes sur les composants électroniques ou mécaniques commandés électroniquement sans endommager les calculateurs ou les circuits électriques du véhicule. Elle permet également de créer ces pannes à distance.

Après les rappels de la méthodologie du diagnostic, cette session à distance a transformé les professeurs en mains intermédiaires entre le véhicule, les matériels et les jeunes. Ces derniers indiquaient aux professeurs les actions à effectuer.

L’appel de l’atelier

Le retour en classe devrait se faire de façon progressive avec un groupe maximum de 15 élèves. Cette solution innovante d’utilisation de plateforme internet avec la possibilité de commander des pannes à distance ouvre de nouvelles perspectives d’enseignement dans des cas particuliers ou complémentaires. La boîte à pannes digitale est aussi un moyen de mieux gérer les budgets des ateliers, car une fois passé l’investissement de base, les matériels et véhicules sont mieux conservés.

Reste l’avis des élèves : s’ils ont presque tous apprécié la séance - conscients de la chance qui était la leur en cette période de confinement - ils préfèrent à l’unanimité réserver cette opportunité aux cas exceptionnels. Leur amour de l’atelier reste le plus fort.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos