Le groupe Renault affiche une perte de 141 millions d’euros en 2019

Publié le par

Annus horribilis pour le groupe Renault. Le constructeur tricolore enregistre, pour la première fois depuis 2009, une perte nette de 141 millions d’euros.

© Groupe Renault.
© Groupe Renault.

Le groupe Renault a publié ce jour, vendredi 14 février, ses plus mauvais résultats financiers en une décennie, affichant une perte nette de 141 millions d’euros. Même si ce résultat est conforme à la révision des objectifs en octobre 2019, le constructeur atteint tout de même péniblement une marge opérationnelle de 4,8 %. Cette dernière a chuté de près d’un milliard d’euros.

Cette baisse s’explique en grande partie par la chute des volumes de ventes (3,8 millions de véhicules, soit une baisse de 3,4 %). Le chiffre d’affaires du groupe est en repli de 3,3 %, à 55 537 millions d’euros. À taux de change comparables, le chiffre d’affaires aurait été en baisse de 2,7 %.

Au-delà du repli du résultat d’exploitation, cette baisse s’explique principalement par la moindre contribution des entreprises associées, en baisse de 1 730 millions d’euros, et d’une charge d’impôts différés en France pour - 753 millions d’euros.

Le groupe ne peut plus, en effet, compter sur la contribution financière de Nissan. Le constructeur japonais ne lui octroyant plus que 242 millions d’euros contre 1,51 milliard en 2018.

Des perspectives 2020 assombries par la réglementation CAFE

Les perspectives 2020 ne sont pas idéales en Europe pour le constructeur étant donné l’entrée en vigueur de la réglementation européenne CAFE de réduction des émissions de CO2 et l’obligation de commercialiser beaucoup plus de véhicules électrifiés pour éviter les éventuelles amendes chaque année.

« La visibilité pour 2020 reste limitée par la volatilité attendue des marchés, notamment en Europe en raison de la réglementation CAFE et par les possibles impacts du coronavirus. Toutefois, le renforcement de l’équipe de direction, le renouveau de l’Alliance et le succès des nouveaux modèles me donnent pleinement confiance dans la capacité du groupe à mener à bien son redressement », a déclaré Clotilde Delbos, directrice générale par intérim de Renault.

La nouvelle équipe de direction, dirigée par Lucas de Meo à partir du 1er juillet prochain, pourrait redonner le nouvel élan dont le constructeur a bien besoin.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos