Le Sportage conserve ses atouts et modernise ses moteurs

Publié le par

La quatrième génération du Kia Sportage bénéficie d’un léger coup de crayon après deux et demi sur les routes. Un vieillissement accéléré qui lui permet de revenir avec de nouveaux attributs essentiellement sous le capot.

Le Sportage conserve ses atouts et modernise ses moteurs

Fleuron de la marque coréenne depuis son lancement en 1993, le Sportage s’est écoulé à plus de 131 000 exemplaires sur le Vieux-Continent l’an passé, dont 10 688 sur le marché français. Un beau bébé qui représente un quart des ventes européennes de la marque. Rein que ça. Kia a récemment sortie d’usine le cinq millionième véhicule en mars 2018, soit trois mois après la célébration du 25e anniversaire du modèle. Fière de son bolide, la marque a décidé de lui redonner un coup de rajeunissement, seulement deux ans et demi à peine après la sortie de sa quatrième génération. Un choix assumé par la marque dans un souci de renouvellement de ses véhicules tous les cinq ans.

Bien pensé esthétiquement, le Sportage évolue peu. Sur la face avant, le bouclier a été retravaillé et divisé en deux parties. La forme de la calandre se rapproche de la Ceed. Les feux full LED comportent quatre éléments antibrouillard garantissant une meilleure visibilité. La carrosserie est disponible en onze coloris dont six nouvelles teintes métallisées.

À l’intérieur de l’habitacle, toujours peu de transformation. Le design du volant s’aligne sur celui de la gamme. La version GT Line est proposée avec un pédalier en acier et une sellerie noire accompagnée de surpiqures rouges. Le tableau de bord accueille un nouvel écran multimédia 8 pouces.

De nouveaux moteurs mis à l’honneur

Les changements majeurs se situent sous le capot. Le moteur diesel 1,7 CRDi a été remplacé par le nouveau bloc 1,6 CRDi, décuplant au choix 115 ou 136 chevaux. Celui-ci devrait d’ailleurs être transformé en motorisation hybride courant 2019. Si la puissance de 115 chevaux n’est proposée qu’en boite manuelle à six rapports, le moteur de 136 est décliné avec une boîte manuelle à 6 rapports ou en transmission à double embrayage à 7 rapports. Côté essence, la motorisation demeure quant à elle inchangée avec un bloc 1,6 litre GDi d’une puissance de 132 chevaux.

La nouveauté apportée par le Sportage est le moteur diesel hybride EcoDynamics+ équipé d’une batterie en lithium-ion de 48 V. Cette dernière allonge la période de coupure du moteur thermique grâce à un nouvel alterno-démarreur hybride léger. En somme, la batterie assure un surcroît de puissance mais aussi une économie de carburant. Toutes les motorisations proposées sur le nouveau Sportage répondent à la norme Euro 6d-Temp, à l’instar de l’ensemble de la gamme Kia.

Le véhicule est proposé en entrée de gamme à 24 390 euros en finition Motion et culmine à 38 990 euros en finition GT Line. Finitions et motorisations égales, il faut compter une augmentation de 900 à 1 500 euros. Le restylage du Sportage est commercialisé dans le réseau de la marque depuis le 1er septembre dernier. Kia espère atteindre les 11 000 immatriculations d’ici la fin de l’année, en sachant que 7 700 unités ont déjà été vendues entre janvier et août 2018.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos