Le groupe Dallard signe avec Suzuki et Isuzu.

Publié le par

Le groupe Dallard signe avec Suzuki et Isuzu.

Déjà distributeur de Citroën en Haute-Garonne et exploitant des concessions Chevrolet à Toulouse, Muret puis Saint-Gaudens, le groupe Dallard – qui fête ses 40 ans cette année- vient de franchir le pas du multimarquisme. De fait, l’opérateur commercialisera désormais une marque Suzuki et Isuzu à partir d’un site également établi à Saint-Gaudens ; et précédemment détenu par le groupe Land Auto.

Concrètement, Philippe Dallard, PDG du groupe éponyme, confirme que son engagement sous le logo de la firme nippone va survenir dans les jours ou semaines à venir. Il ajoute qu’il interviendra à partir d’une première installation de centre-ville laquelle devrait être suivie, sous dix-huit mois environ, par la création d’une concession de 700 m2 couverts placée sur un terrain de 1200 m2. Cette affaire jouxtera le point de vente et de services Citroën qu’il exploite déjà. Tout comme elle a vocation à permettre la vente annuelle de 150 Suzuki neuves (ce qui constitue un gros volume unitaire sous ce logo) mais aussi d’une trentaine d’Isuzu.

Evoquant l’introduction de Suzuki dans son portefeuille de marques, PH. Dallard convient que ce choix lui permet d’élargir la palette de son offre produits mais également de se positionner sur un marché du 4x4 particulièrement porteur aux alentours des Pyrénées.

Pour mémoire le groupe Dalard avait déjà réalisé par ailleurs une opération de croissance externe en juin dernier en créant à Toulouse un centre de vente de véhicules d’occasion spécialisé dans l’offre de modèles premium soit une entité baptisée Dallard Motors occupant 1200 m2 couverts susceptible de commercialiser 250 à 300 VO par an. Tout comme elle dispose d’un stock qui évolue selon les périodes mais est estimé à hauteur moyenne de 60 véhicules.

Compte tenu de ces nouveaux acquis, le groupe Dallard devrait conclure son exercice 2013 en ayant livré près de 3000 VN, quelques 2400 VO et réalisé un chiffre d’affaires approchant les 92 millions d’euros. De même qu’il table sur le fait que ses activités soient cette année encore génératrices d’une marge de rentabilité positive sur chiffre d’affaires HT (Elle était voisine d’un ratio de 0,7% en 2012). Autre indicateur clé et fondateur de son équilibre économique : son taux de couverture des frais fixes par l’après-vente s’établirait à hauteur de 60% voire plus selon le contexte… De quoi continuer à avancer en se développant de nouveau ? Saga à suivre.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos
Recherche