Le groupe Dubreuil va lancer une seconde plateforme VO

Publié le par

Acteur incontournable de la distribution automobile dans le Grand-Ouest, le groupe Dubreuil ne cesse d’améliorer ses résultats. Entre l’acquisition d’une nouvelle plaque et la création d’une seconde plateforme VO, le programme pour 2019 va être est chargé.

Le groupe Dubreuil va lancer une seconde plateforme VO

Depuis neuf décennies, la famille Dubreuil ne cesse de poursuivre le travail entrepris par Henri Dubreuil en 1924, alors qu’il rachète l’épicerie en gros « Gaston Moreau » installée à la Roche-sur-Yon, en Vendée (85). À sa mort en 1996, son fils Jean-Paul reprend le flambeau à tout juste 24 ans et opère une profonde transformation au sein de l’entreprise : aéronautique dans les années 70, distribution alimentaire, bricolage et automobile dans les années 80, hôtellerie dans les années 90, et enfin matériel BTP en 2000. En 2009, la troisième génération incarnée par Paul-Henri Dubreuil prend la direction de l’entreprise familiale. Aux côtés de Robert-Claude Soria, le petit-fils remet sur pied le pôle automobile, baptisé Clara Automobiles. Autrefois déficitaire, ce secteur représente aujourd’hui 35 % des parts totales du groupe. En 94 ans, l’entité familiale est devenue une véritable machine de guerre qui ne cesse de s’étendre dans le Grand-Ouest. À la tête d’une armée de 4 500 collaborateurs, elle réalise cette année un chiffre d’affaires annuel de 2 milliards d’euros, dont 750 millions d’euros rien que pour le pôle automobile.

Vers le multimarquisme au sein de PSA

Entre 1985 et 2016, l’opérateur vendéen mène son activité automobile exclusivement avec la marque au lion. « Nous ne ressentions pas le besoin de nous rapprocher d’autres marques, précise Paul-Henri Dubreuil, président du directoire. Il y a dix ans, nous avions fait une incursion chez Citroën, qui n’a pas été très positive. Nous avons donc préféré revendre nos affaires ». En 2016, le groupe fait l’acquisition de la plaque Opel pour impulser un nouveau souffle à son activité. « Nous étions arrivés au bout de notre développement avec Peugeot sur notre périmètre géographique. À l’époque, Opel m’intéressait car il y avait une participation de Général Motors dans PSA, donc je me suis dit qu’il y aurait peut-être un jour un rapprochement entre Opel et Peugeot. Je n’avais pas imaginé que ce serait PSA qui allait racheter Opel. Par ailleurs, cette marque était mal distribuée dans notre région, avec des performances très basses. Nous avons donc racheté les affaires de Rennes, Nantes, Angers, et la Vendée. Ces acquisitions nous permettent aujourd’hui d’être le premier concessionnaire Opel et le 4e investisseur Peugeot en France ». Pour l’heure, le groupe possède 22 sites Peugeot et 10 concessions Opel, et prévoit d’écouler 4 000 VN Opel et 17 000 VN Peugeot en 2018.

Mouvement dans le réseau

À compter du 1er janvier 2019, son réseau va s’agrandir puisque l’entreprise familiale a signé, auprès du groupe Lamirault, le rachat de deux concessions Citroën à Chartres et Dreux (28). Cette nouvelle plaque traduit la volonté du groupe Dubreuil de se développer avec les quatre marques du groupe PSA. « On cherche à reconstituer chez Citroën ce qu’on a pu faire avec Peugeot et Opel. De préférence sur les mêmes sites, dans la mesure où la nouvelle stratégie de PSA est de créer des bâtiments qui regroupent les quatre marques afin de mutualiser le maximum de services, notamment en après-vente », développe Paul-Henri Dubreuil, âgé de 47 ans. À l’instar des concessions Peugeot réunies sous Clara Automobiles, les autres plaques disposent elles aussi d’une entité juridique distincte : Claro Automobiles pour Opel, et Claris Automobiles pour Citroën et DS. « Je tiens vraiment à avoir un groupe automobile structuré et à créer une émulation commerciale entre nos équipes. Nous sommes un seul groupe, dont la stratégie est de mutualiser les stocks d’occasion entre les différentes entités », poursuit-il.

Face à ce futur agrandissement, le groupe a décidé de créer une seconde plateforme de préparation de VO, qui devrait voir le jour fin 2019 à Voivres-lès-le-Mans, à quelques kilomètres du Mans, sous l’appellation Carlos. La filiale viendra compléter son aînée baptisée Oscar, créée en 2006. « Grâce à une logistique interne de huit camions, tous les véhicules d’occasion à particuliers de nos concessions sont transférés aux Essarts. Il n’y a donc aucune préparation de VO sur nos autres sites. De la même façon avec Carlos, tous les véhicules d’occasion repris par nos concessions sur le secteur nord arriveront au Mans, où ils seront préparés, pris en photo avant d’être renvoyés en concession ». Cette organisation permet aux points de vente de bénéficier d’une rotation régulière des stocks VO, et d’avoir accès à 1 500 véhicules disponibles dans le Grand-Ouest. Par ailleurs, le groupe s’est également lancé en 2016 dans la vente de véhicules d’occasion sur le Net avec son site Manouvellevoiture.com. Il peut ainsi se targuer d’avoir été le précurseur de la photo en 360°.

30 000 VN dans trois ans

En 2019, l’une des priorités de Paul-Henri Dubreuil sera de développer les plaques Citroën et DS à Chartres et Dreux. « On reprend des sites dont la performance est dégradée. Si nous réussissons à relever ce challenge, nous le dupliquerons ailleurs. Concernant Opel c’est difficile, puisque là encore nous avons repris des affaires dans des états très dégradés. Mais nous commençons à apercevoir la rentabilité ». Toutes marques confondues, le dirigeant s’est fixé un objectif de 30 000 VN d’ici trois ans. Tant que le groupe sera rentable, Paul-Henri Dubreuil ne s’interdit aucune limite dans le Grand-Ouest.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos